Rochers suisses moda


rochers
Mocausa Mocausa, ancien alpage de la commune de Rougemont (District du Pays-d´Enhaut, Vaud), Moscausa en 1155, probablement de muscosa [prata], « [prairie] moussue », appelée aujourd´hui La Verda.
Moche La Moche, lieu-dit de la commune de Vuisternens-devant-Romont (District de la Glâne, Fribourg), plutôt une altération de Mosse que l´adjectif populaire moche, « laid », qui ne date que du XVIIIème siècle.
Modzenaire, Modzes, Modzons, Mosons, Motzon,
Moudzon D´après le mot régional modze, « vache ».
Par di Modzes, « parc des vaches », maison isolée (Saint-Luc, Val d´Anniviers, Valais).

D´après le mot régional modzon, « jeune vache, génisse », avec le suffixe diminutif -on :
Combe des Modzons, lieu-dit (Sembrancher, district d´Entremont, Valais) ;
Par di Modzons, « parc des génisses », alpage (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais) ;
Par des Mosons, « parc des génisses », alpage (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Montagne de Motzon, avant-sommet des Rochers de la Bade (Aillon, Bauges, Savoie) ;
Plan di Moudzon, lieu-dit (Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe collectif -aire :
Modzenaire, alpage (Vallon de l´Hongrin, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).


Moé, Mohé Patois jurassien mô, moé, mohé, « mouillé », pour désigner un terrain marécageux [Prongué].
Le Moé, extrémité sud du marais des Amburnex (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud) ;
Mohé, forêt (Damphreux, district de Porrentruy, Jura).
Moébrai Lieu-dit de la commune de Glovelier, district de Delémont (Jura), aussi Moëbrai sur la CN, pourrait venir du patois jurassien moé, « mouillé, humide » et bré, « berceau », pour désigner une combe humide [Prongué], ou de l´ancien français brai, « boue, terrain boueux ».
Moëde Chalets de Moëde, alpage Torrent de Moëde, affluent de la Diosaz qui coule dans les Fonds de Moëde, lieu-dit, nom monté à la Tête de Moëde, 2459m, et aux Frêtes de Moëde, arête rocheuse, 2458m, (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), d´un mot patois désignant l´endroit où se fait la traite des vaches, du patois moedre, « traire » [Boyer].
Moëllé, Moillarquet, Moillats, Moille, Moillebeau,
Moillère, Moillertson, Moilles, Moillesin, Moillets,
Moillettaz, Moillettes, Moillienchires, Moilliette, Molie,
Mollaton, Mollau, Mollaz, Mollère, Molliasses,
Molliassières, Molliats, Mollie, Mollière, Mollières,
Molliet, Mollietaz, Molliets, Molliette, Molliettes,
Molliex, Molliez, Mollire, Molloire, Mou,
Mouille, Mouilles, Mouillet, Mouillette, Mouillettes,
Mouilleuses, Moux, Moye Endroit humide, tourbière, terrain mou et marécageux, souvent en cuvette. Patois moille, môlye, mouille, bas latin molia, ou mollia, latin mollis, « mou, tendre, souple ».

Français mou, « dont la consistance est souple, tendre » :
Pra Mou, lieu-dit (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud) ;
Pra-Moux ou Pra Mou, lieu-dit (Noréaz, district de la Sarine, Fribourg).

Mot régional mouille, « endroit humide ; portion marécageuse d´un pré, d´un champ » [Pégorier], français régional mouille, « terrain humide, où suintent de petites sources intermittentes » [Constantin] :
Mouille-Galand, avec le patronyme Galand, lieu-dit (Vernier, Genève) ;
Mouille Plaine, lieu-dit (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Mouilles, maisons iolées (Bellevaux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Les Mouilles, Moillias en 1401, hameau (Chevroux, Bresse, Ain).

Diminutifs avec les suffixes -et, -ette :
Mouillet, maison isolée (Goumois, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
La Mouillette, lieu-dit à habitat dispersé (La Chaux, Sainte-Croix, district de Grandson, Vaud) ;
La Moillette, hameau (Vacheresse, Val d´Abondance, Haute-Savoie) ;
Les Mouillettes, lieu-dit (La Chapelle-d´Abondance, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -euse :
Les Mouilleuses, lieu-dit (Laconnex, Genève).

Patois moille, ou môlye qui se prononce comme moille, même sens :
La Moille, lieu-dit (Montet, district de la Glâne, Fribourg) ;
Grand-Moille, lieu-dit (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Moille Ronde, lieu-dit (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Moilles, lieu-dit, et Bois des Moilles, forêt (Morens, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Moilles, hameau (Saillon, district de Martigny, Valais) ;
Bois de Moilles (Pays de Gavot, Chablais, Haute-Savoie) ;
En Molie, lieu-dit (Thoiry, Pays de Gex, Ain) ;
Mollie Margot (Savigny, district de Lavaux, Vaud) ;
Les Mollies, attesté en 1401 (Pougny, Pays de Gex, Ain).

Peut-être de même sens :
Moye, Cura de Moyez vers 1344, commune et village de l´Albanais (Rumilly, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Moyes, lieu-dit (Mission, Ayer, Val d´Anniviers, Valais).

Diminutifs avec les suffixes -et, -ette, ou aussi d´un patronyme Moillet, ou de sa variante plus récente Molliet, « mouillé », de même origine :
Les Moillets, maison isolée (Estavayer-le-Lac, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Moillettes, hameau (Châtillens, district d´Oron, Vaud) ;
La Moilliette, maison isolée (Le Flon, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Le Molliet, hameau (Sixt-Fer-à-Cheval, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Mollietaz, lieu-dit en forêt (Leschaux, Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Molliets, alpage (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Molliette, lieu-dit (Jussy, Genève) ;
La Molliette ou La Mollieta, La Moillietta, hameau (La Verrerie, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Les Molliettes, alpage (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg).

Diminutif avec le suffixe -at :
Les Moillats, maisons isolées, et Rochers des Moillats, falaise (Talloires, Bornes, Haute-Savoie) ;
Molliats, maison isolée en clairière (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif patois -ettaz :
La Moillettaz, alpage, et Pâturage de la Moillettaz, lieu-dit (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -in :
Moillesin, lieu-dit (Villarepos, district du Lac, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -on :
Au Mollaton, lieu-dit (Corcelles-près-Payerne, district de Payerne, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -au :
Pra Mollau, lieu-dit (Torny, district de la Glâne, Fribourg).

Mot régional mollière, « terre humide et molle » [Pégorier], avec les suffixes collectifs -ière, -ire :
Mollère, hameau (Val Savarenche, vallée d´Aoste) ;
Les Moillères, lieu-dit (Draillant, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
La Mollière, maison en forêt (La Rivière-Enverse, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Mollières, lieu-dit en forêt (Menthon-Saint-Bernard, Bornes, Haute-Savoie) ;
La Mollire, alpage (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Avec les suffixes collectifs -ex, -ez :
Molliex Damon et Molliex Dèsot, alpages (Morgex, vallée d´Aoste) ;
Molliex, alpage (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Molliez, lieu-dit (Féternes, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif patois -az :
Mollaz, lieu-dit (Laconnex, Genève).

Avec le suffixe péjoratif -asse :
Les Molliasses, hameau (Chamonix, vallée de Chamonix, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -ière :
Bois des Molliassières, forêt (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie).

Avec le suffixe -oire :
La Molloire, maison isolée (Serraval, Bornes, Haute-Savoie).

Autres dérivés avec un suffixe non élucidé :
La Moillarquet, zône humide en forêt (Le Biot, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Moillebeau, quartier (Petit-Saconnex, Genève) ;
Moillertson, probablement dérivé de Moille Essertée, avec le suffixe diminutif -on, alpages en clairière (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Les Moillienchires ou Les Mollenchires, lieu-dit (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg).

Peut-être de même origine :
Pierre du Moëllé, maisons isolées, auberge (Ormont-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Voir aussi Moellesulaz.


Moëllesulaz, Moille Saulaz, Moillesaule, Moillesulaz, Moille Sulla,
Molchulaz, Molissole, Mollesule, Molliessoulaz Endroit humide et bourbeux, noms composées de Moille, etc., « endroit humide », et Saulay, etc, « endroit où poussent des saules ». Pour Pégorier, moillesulaz désigne un pré humide et signifie littéralement « mouille semelle ».
Moillesulaz, agglomération frontalière (Thônex, Genève), nommée côté français Moëllesulaz, Molliez solaz au XIIIème siècle, Molhisola au XIVème siècle, Moillesole en 1409, Moilleseule sur la Carte de Cassini (Gaillard, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Moille Saulaz, hameau (Corsier-sur-Vevey, district de Vevey, Vaud) ;
Moillesaule, lieu-dit (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Moille Sulla, Moille Sulaz en 1906, hameau (Sullens, district de Cossonay, Vaud) ;
Molchulaz, lieu-dit en forêt (Chens-sur-Léman, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Molissole, Moillisola en 1223, Mollysola en 1285, Mollissole en 1554, ancien hameau et maison des Templiers passée à l´ordre de Saint-Jean de Jérusalem, voir Temple (Druillat, Bresse, Ain) ;
Mollesule ou Morsulaz et Morsulaz d´en Haut, hameau (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Molliessoulaz, hameau (Queige, Beaufortain, Savoie).
Moénoz Bois Moénoz, forêt de la commune d´Yvonand (District d´Yverdon, Vaud), d´un patronyme Moenoz, Moénoz rare.
Moëns, Myans Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif Môdingos, « chez les Môdingi », dérivé du nom propre Moda, Modo [Perrenot], burgonde moþs, « courage », germanique môda, « humeur, caractère ».
Moëns, Moyns en 1211, villa de Moinx en 1236, Mouins en 1267, Cura de Moyns vers 1344, Apud Moynum en 1436, Moyn en 1526, Moingz en 1573, commune et village du Pays de Gex (Ferney-Voltaire, arrondissement de Gex, Ain) ;
Myans, commune et village de la Combe de Savoie (Montmélian, arrondissement de Chambéry, Savoie).
Moësetta La Moësetta, maison isolée de la commune du Chenit (Vallée de Joux, Vaud), par féminisation patoise d´un patronyme, peut-être Moïse, hébreu Moshe, « sauvé des eaux » ou « sauvé par les eaux ».
Mogets Les Mogets, hameau de la commune de Loisin (Bas-Chablais, Haute-Savoie), patronyme Moget.
Mognard Commune et village de l´Albanais (Albens, arrondissement de Chambéry, Savoie), anciennement Mogniard, Mugnard, Mugniard, et Cura de Muignaz vers 1344.
Mogne La Mogne, petite élévation de la commune d´Assens, district d´Echallens (Vaud), probablement de même origine que moignon, ancien français moignier, « mutiler ».
Mogneneins Commune et village de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), in villa Moianinca, lire in villa Monianinca en 923-936, in villa Magunense, corrigé in villa Mogninense en 1049-1109, Mongnenens au XIVème siècle, Ecclesia de Mogninens vers 1350, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif Munianingos, « chez les Munianingi », dérivé du nom propre Munja [Perrenot].
Moidieu-Détourbe Commune et village du Pays viennois (Vienne-Sud, arrondissement de Vienne, Isère), ager Mogdiacensis en 975-993, villa Moidiacum en 975-980, Moydiatis en 1036-1050, Modiatis en 1075, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme romain Mogetius [Nègre 1990].
Moignans, Moinans Moinans, hameau de la commune de Bohas-Meyriat-Rignat (Ceyzériat, Revermont, Ain), Moynens en 1555, Moinant sur la Carte de Cassini, Moynans en 1808, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif Moningos, « chez les Muningi », dérivé du nom propre Muno [Perrenot].

Peut-être de même origine :
Le Moignans, Rivulus qui dicitur Monienta, lire Monienca, corrigé Moniencus au IXème ou Xème siècle, La rivière de Moignans en 1612, Monian en 1662, La rivière de Moignan au XVIIIème siècle, Mognand en 1808, cours d´eau affluent de la Chalaronne (Dombes, Ain).


Moine, Moines Français moine, du latin écclésiastique monachus, « solitaire, anachorète », grec monachos, « qui vit seul ». Ce terme désigne souvent par métaphore un sommet dénudé, comme la tête d´un moine.
Le Moine, un sommet du Massif des Combins, 3506m, et Col du Moine, 3418m (Bagnes et Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Le Moine, 3421m (Massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie) ;
Le Moine de Champlan, cheminée de fée coiffée (Albiez-le-Jeune, Maurienne, Savoie) ;
Aiguille du Moine, monolithe de poudingue au-dessus de la Dranse (Féternes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Pré du Moine, lieu-dit (Dully, district de Rolle, Vaud) ;
Sous le Moine, pentes raides sous la Cape au Moine (Ormont-Dessus, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Moines, lieu-dit (Vernayaz, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Le Clos aux Moines, alpage (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
Crêt aux Moines, petit sommet, 1445m (Saint-Aubin-Sauges, district de Boudry, Neuchâtel) ;
La Grotte aux Moines, lotissement (Evian-les-Bains, Chablais, Haute-Savoie) ;
Pré aux Moines, lieu-dit (Marly, district de la Sarine, Fribourg).

Voir aussi Cape au Moine.


Moinsel, Monse, Montceaux, Montcel, Montcet,
Mossel, Musselet Petite montagne, colline, élévation, monticule, ancien français moncel, « petit mont », du roman moncellus, dérivé du bas latin monticellus, latin monticulus, diminutif de mons.
Moinsel, probablement Moncel vers 1200, Monsez en 1205, Monseiz en 1211, Monsel en 1299, lieu-dit (Bassins, district de Nyon, Vaud) ;
La Monse, lieu-dit, et Vanil de la Monse, sommet, 1437m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montceaux, In villa Moncellis en 943, Munceals en 1149-1156, Moncelz vers 1250, Monceaux en 1265, commune et village de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Montceaux, maison isolée (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
Montcel, Apud Moncellum Sancti Johannis en 1401, Moncel sur la Carte de Cassini, hameau (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Le Montcel, Cura de Moncello vers 1344, commune et village (Aix-les-Bains-Nord-Grésy, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Le Montcel, In moncello de Berisie en 1248, De Moncello en 1366, Le Moncel de Bereysia en 1636, Moncel sur la Carte de Cassini, Montcet en 1911, hameau (Béréziat, Bresse, Ain) ;
Montcet, Monceux vers 1250, De Moncellis en 1283, Monceaux vers 1350, Moncel en 1563, commune et village de la Bresse (Viriat, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Mossel, de Monticulis et Moncels vers 1150, Muncels au XIIème siècle, Monsez en 1245, Mossez en 1258, Monses en 1260, aussi Monsey, Mossey, hameau et ancienne commune (Ursy, district de la Glâne, Fribourg) ;
Grand Mossel, maison isolée (Gossens, district d´Yverdon, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -et :
Musselet, lieu-dit (L´Isle, district de Cossonay, Vaud).


Moirans Commune et village du Pays voironnais (Rives, arrondissement de Grenoble, Isère), ancien vicus gallo-romain Morginnum mentionné sur la Table de Peutinger, Morvennum vers le VIIème siècle, locus Moirencus et Moiricensis au XIème siècle, castrum Moirenc, villa Moirencii et prior Moiracensis au XIIème siècle, Moiranc et Moirent au XIVème siècle, sur la Morge, nom dérivé de celui-ci avec le suffixe -inum.
Moirieu, Moiry, Mourex Nom de domaine d´origine gallo-romaine Mauriacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Maurius issu du cognomen Maurus, « Maure, Africain ».
Moirieu, Moyrieux au XIVème siècle, Moyrieu au XVème siècle, hameau (Villemoirieu, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Moiry, in villa Mauriaco ou in villa Moriaco au XIème siècle, Moriei en 1011, Moiriacum en 1049, Moirie en 1219, Moërier en 1264, Moyrie en 1269, Moirey en 1325, Muerye en 1345, Muerier en 1368, puis Moeyrier, commune et village (District de Cossonay, Vaud) ;
Moiry, hameau (Poisy, Annecy, Haute-Savoie).

Peut-être de même origine :
Moiry, Muery au XIIIème siècle, aussi Moiré en 1906, alpages, Lac de Moiry, lac artificiel, dans le Val de Moiry, et Glacier de Moiry (Grimentz, district de Sierre, Valais), nom monté à la Pointe de Moiry, 3303m (Evolène, district d´Hérens, et Grimentz, district de Sierre, Valais).

Peut-être de même origine si Mourex est bien le Mauriacus du XIème siècle :
Mourex, hameau de la commune de Grilly (Pays de Gex, Ain), peut-être Mauras et in villa Mauriaco au XIème siècle, Morelz et Mourez au XIIIème siècle, Mouret sur la Carte de Cassini, Mourex en 1911, hameau, et Mont Mourex, colline, 754m.


Moises, Moisier Ancien français moise, « terre humide à proximité d´une rivière ou d´un ruisseau ».
Les Moises, maisons isolées de Draillant (Perrignier, la Côte en Chablais, Haute-Savoie), et forêt, nom monté au Col des Moises, 1121m, et Ruisseau des Moises, affluent du Redon.

Avec le suffixe collectif -er :
Moisier, lieu-dit (Allinges, Bas-Chablais, Haute-Savoie).


Moisis Prés Moisis, lieu-dit de la commune des Verrières (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), « prés humides », bas latin mucidus, « moisi », latin vulgaire mucire, du latin mucere, « être moisi, être gâté ».
Moissieu-sur-Dolon Commune et village de la Bièvre (Beaurepaire, arrondissement de Vienne, Isère), Mossiacum villa au IXème siècle, Mosciatum et Mosciatis villa au Xème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Mussius [Nègre 1990].
Moissonnière, Moissonniers D´un patronyme Moissonnier, nom de métier, « moissonneur ».
Les Moissonniers, Villagium Meyssonerorium en 1416, Villagium Meissonerorium en 1442, hameau (Saint-Nizier-le-Bouchoux, Bresse, Ain).

Par féminisation, ou selon Prongué, « terre propice aux cultures de céréales » :
La Moissonnière, lieu-dit (Bure, district de Porrentruy, Jura).


Moisy Hameau de la commune de Douvaine (Bas-Chablais, Haute-Savoie), probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Mausiacum, dérivé avec le suffixe -acum de l´anthroponyme gaulois Mausios.
Molaire, Moleire, Moleires, Molerie, Molière,
Molires, Molleyre, Molleyres Carrière de pierres à meuler et de meules de moulin, du patois mola, vieux français meulière, molière, latin mola, « meule », avec les suffixes -aire, -eire, -erie, -eyre, -ière.
La Molaire et La Molaire Dessous, fermes isolées (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Moleire, hameau (Corcelles-le-Jorat, district d´Oron, Vaud) ;
La Moleire, lieu-dit (Domdidier, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Moleires, lieu-dit (Grancy, district de Cossonay, Vaud) ;
La Molerie, avec le suffixe d´action -erie, lieu-dit (Les Bioux, district de la Vallée, Vaud) ;
La Molière, lieu-dit en forêt aux Voirons (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
La Molière, hameau (Saint-André-de-Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
Tour de la Molière, dernier vestige du Château de la Molière érigé au Xème siècle et détruit au XVIème siècle, Mollerie en 1476, d´une carrière toujours en activité, et Bas de la Molière, hameau (Murist, district de la Broye, Fribourg) ;
Les Molires, lieu-dit en forêt (Brenthonne, la Côte en Chablais, Haute-Savoie) ;
La Molleyre, maisons isolées (Le Châtelard, district de la Glâne, Fribourg) ;
Molleyres, maisons isolées (Blonay, district de Vevey, Vaud).

Voir aussi Maules.


Molaire, Moleires Oronymes, sommets dont la forme évoque une dent molaire, toponymes récents.
La Grande Molaire, sommet (Dents de Lanfon, Annecy, Haute-Savoie) ;
Les Moleires, petit sommet (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Moleires du Valsorey, sommets, 3245m, et Brêche des Moleires, col, 3191m (Alpes Pennines, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste).
Molançon Lieu-dit de la commune vaudoise du Vaud, district de Nyon, Monslatianus en 1164, Monslacianus en 1202, de Montelacino en 1302, Moleyczans en 1493, Molanson et Mollanson en 1596, Molanson et Montlaçon au XIXème siècle, de mons Latio, avec le gentilice Lat[t]ius, les formes primitives comme Monslatianus étant des métraductions abusives vers le latin.
Molar, Molard, Molards, Molaret, Molattes,
Môle, Môles, Mollard, Mollar d´Arvan, Mollards,
Mollaret, Molluire Grosse colline ou petite montagne arrondie, point élevé, aussi digue, levée.

Mot régional môle, « montagne de forme arrondie » [Pégorier]. Ancien français mole, « masse » ou « dent molaire », latin moles, « amas, tas » :
Le Môle, sommet, 1863m (Faucigny, Haute-Savoie) ;
Vieille Môle, alpage (Le Pâquier, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel) ;
Les Môles, lieu-dit (Reignier, Genevois, Haute-Savoie).

Mots régionaux molar, molard, « hauteur arrondie, mamelon, colline, croupe », mollard, « tertre, remblai, éminence, colline » [Pégorier]. Patois molâr, « tertre, sommet », latin molare, « colline, levée de terre » :
Mont de Molar, 2504m (Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Mollar d´Arvan, Molarium Arvani en 1217, quartier de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie).

Avec un d épithétique :
Le Molard, De Mollario en 1460, Au Mollar en 1453 (Léaz, Pays de Gex, Ain) ;
Les Molards, maison isolée (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Molards sur chez Villard, maisons isolées (Le Chenit, Vallée de Joux, Vaud) ;
Le Mollard ou Le Molard, sommet, 1703m (Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Beau Mollard, lieu-dit en forêt (Aiguebelle, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Beau Mollard, hameau (Montsapey, Basse-Maurienne, Savoie) ;
Bon Mollard, maison isolée en clairière (Saint-François-Longchamp, Maurienne, Savoie) ;
Le Bon Mollard, lieu-dit (Saint-Alban-des-Villards, Maurienne, Savoie) ;
Mollard de la Grande Vache, sommet, 1764m (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Chartreuse, Isère) ;
Les Mollards, lieu-dit en forêt (Lugrin, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -et :
Le Molaret, lieu-dit (Bassins, district de Nyon, Vaud) ;
Le Mollaret, hameau (Montgellafrey, Basse-Maurienne, Savoie).

Avvec le suffixe diminutif jurassien -atte :
Les Molattes, lieu-dit (Champoz, district de Moutier, Jura bernois).

Avec le suffixe collectif -ire :
La Molluire ou Bec Rouge, sommet (Sainte-Foy-Tarentaise, Savoie).

Voir aussi Tramole.


Molassière, Mollassière, Mollassières Carrière d´où l´on extrait la pierre appelée molasse, mollasse, anciennement « grès durs (dépôts de sables dont les grains se sont cimentés) », de nos jours « grès utilisés dans la construction ». Du latin mola, « meule », avec le suffixe collectif -asse.

Avec le suffixe collectif -ière :
Chemin de la Molassière (Bernex, Genève) ;
Mollassière, lieu-dit (Villard-sur-Doron, Beaufortain, Savoie) ;
Les Mollassières, hameau (Saint-Franc, vallée du Guiers, Savoie) ;
Route des Mollassières (Sillingy, Annecy, Haute-Savoie).


Molenne, Moline Patois valdôtain et ancien français moline, « moulin ». Molenne est la version valaisanne, et Moline la version valdôtaine de ce toponyme.
Pointes de Molenne, sommets, 3060m, et Col de Molenne, 2907m (Alpes Pennines, Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais et vallée d´Aoste) ;
Moline, alpage, et Moline Vielle, ruine d´alpage, dans le Vallon de Moline, parcouru par le Torrent de Moline, affluent du Torrent de Menovy, nom monté à la Grande Moline, 2978m (Etroubles, vallée d´Aoste).
Moléson Toponyme non élucidé. Pourrait venir de l´ancien français meloise, molois, moloise, « prairie humide » selon Jaccard, du latin mollis « mou, marécageux ».
Moléson, Moleisum vers 1000, Moleisun en 1228, Moleson et Moleyson en 1237, Moleson en 1307, Molleson en 1319, anciens pâturages, aujourd´hui Moléson-Village (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Moléson à Baron, Gros Moléson et Petit Moléson, alpages (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Moléson, sommet, 2002m (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg).
Molessiat Grand Molessiat et Petit Molessiat, hameaux de la commune de Saint-Nizier-le-Bouchoux (Bresse, Ain), Molessiat en 1847, Maulessia en 1911, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Moleciacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Molecius.
Molettes Sex des Molettes, sommet, 2798m (Ayent, district d´Hérens, et Icogne, district de Sierre, Valais ), du français molette, « pierre à aiguiser », diminutif de mole, meule, latin mola, même sens. Le nom allemand de ce sommet, Wetzsteinhorn, signifie aussi « corne de la pierre à aiguiser ».
Molignon Probablement dérivé du bas latin molinum, « moulin », de l´adjectif latin molinus, « de meule ».
Molignon, habitat dispersé au bord de la Borgne (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Molignon, Mulignun en 1208, Molignun et Murignun en 1256, Milignun en 1269, Molignon et Moulignon en 1906, hameau du vignoble (Sion, Valais).
Mollays Les Mollays, hameau d´alpage (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie), probablement du patronyme Mollay, plutôt qu´un nom apparenté à Mouille, comme le pense Boyer.
Mollendruz Chalet du Mollendruz et Haut du Mollendruz, alpages, Col du Mollendruz, 1184m, Mont-Lendruz en 1614, Molendruz en 1908, de mont et d´un patronyme Lendruz, de l´anthroponyme germanique Landdrud, germanique landa, « pays, terre ferme », et drûda, « aimé » (Mont-la-Ville, district de Cossonay, Vaud).
Mollens, Morlanges, Morlens Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif Môrilingos, Maurilingos, « chez les Maurilingi », dérivé du nom propre diminutif Maurila, apparenté aux noms propres français Maurel, Morel, « de teint foncé comme un Maure » [Perrenot].
Mollens, Morlens en 1111, in ecclesia de Mollens en 1148, Mollens et Mollinges en 1228, Moylleins en 1231, commune et village, Côte de Mollens, forêt déclive, et Pré de Mollens, alpage (District d´Aubonne, Vaud) ;
Morlanges, hameau (Reignier, Genevois, Haute-Savoie) ;
Morlens, uilla que dicitur morlingis en 996, nom actuel attesté en 1111, Mollens en 1179, Morllens en 1668, hameau, ancienne commune (Vuarmarens, district de la Glâne, Fribourg).

Voir aussi Montmollin.


Mollens Commune et village du district de Sierre (Valais), Molaen en 1250, Moleing en 1286, Moleyn en 1300, Moloeyng en 1316, Moloyn en 1342, Molen en 1437, Mollens en 1671, et Moulin sur la carte Dufour, pourrait correspondre à un Molendino mentionné en 1221, 1226 et 1429, du latin médiéval molendinum, « moulin », voir Moulin [Jaccard].
Mollerettes Les Mollerettes, lieu-dit de la commune de Combremont-le-Grand (District de Payerne, Vaud), soit par féminisation d´un patronyme Molleret, attesté en France mais rare, soit à rapprocher de [terre] molle, voir Mollaz ou du patois molâr, voir Molard.
Mollon Commune jusqu´en 1974, maintenant un village de la commune de Villieu-Loyes-Mollon (Dombes, Ain), Molon Molun en 1149, Molons en 1257, dérivé du latin molina, « moulin », ou de mola, « meule ». On peut aussi y voir un primitif Mel[l]odunum, « colline fortifiée », composé du gaulois mel[l]o, « colline, montagne », et dunum, « forteresse ».
Molojy Gros Molojy et Petit Molojy, maisons isolées de la commune de Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse (Fribourg), aussi Mology, et Molessie en 1432, nom à rapprocher de Moléson [Aebischer].
Molondin Commune et village vaudois du district d´Yverdon, Mollendens et Mollondens en 1380, Molondens en 1422, Molandens en 1437, Mollondin en 1867, probablement un nom d´origine burgonde.
Mombettan Lieu-dit de la commune des Montets (District de la Broye, Fribourg), composé de mons et d´un anthroponyme indéterminé.
Momin, Moming, Montmain Du latin mons medianus, « montagne (alpage) du milieu » [Fellay].
Momin, pâturage, Combe de Momin, lieu-dit, Rochers de Momin, chaînon, 2959m (Louvie, Bagnes, district d´Entremont, Valais), nom monté à la Tête de Momin, sommet, 3059m, et au Col de Momin, 3003m, à la limite avec Nendaz (District de Conthey, Valais) ;
Moming, aussi Momaing en 1906, pâturage, nom monté au Col de Moming. 3777m, et au Glacier de Moming et à plusieurs sommets : Blanc de Moming, 3638m, Pointe Nord de Moming, 3863m, et Pointe Sud de Moming, 3963m (Zinal, Val d´Anniviers, Valais) ;
Montmain, Montmeyn en 1442, hameau (Servignat, Bresse, Ain).
Monacerva Clairière de la commune d´Ollon, district d´Aigle (Vaud), près de Panex, probablement composé d´un patronyme comme Monus et de cerva dérivé de Serve.
Monbègue Hameau de la commune de Druillat (Bresse, Ain), de Montbeggo et vers Montbego vers 1341, Apud Montbegoz en 1436, Montbègue en 1911, composé de Mont et du nom propre attesté Beggo.
Monberthoud Hameau de la commune de Savigneux (Dombes, Ain), Montbertolt vers 1100, Prior de Monte Bertaldi en 1096, De Monte Bertaldo en 1103-1104, De Monte Bertol, Apud Montem Bertoldi et Ecclesia de Monte Bertoldi en 1149-1156, Montbertot en 1221, Montbertout en 1226, Domus Montis Berthoudi en 1260, In campo montis Berthodi en 1324, etc., composé de mons et du nom de personne Berthoud.
Moncé Eminence de la commune de Mervelier, district de Delémont (Jura), soit du patois jurassien moncé, « monceau », soit plus probablement du bas latin monticellus, « petit mont » [Prongué].
Mondain, Montain, Monts d´Ain De l´adjectif latin montanus, montana, « de la montagne, montagnard », dérivé de mons, montis avec le suffixe -anus ; ou du patronyme Montain, rare.
Montain, hameau (Vézeronce-Curtin, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Etang Montain (Chalamont, Dombes, Ain) ;
Les Montains, lieu-dit (Marcollin, Chambaran, Isère) ;
Les Montaines, lieu-dit déclive (Brénaz, Valromey, Ain) ;
Les Montaines, maison isolée (Izernore, Haut-Bugey, Ain).

Par sonorisation du t :
En Mondain, lieu-dit (Pougny, Pays de Gex, Ain).

Par attraction paronymique avec le nom du départment de l´Ain :
Les Monts d´Ain, In monte dicto Mondeinz supra Nantuacum en 1345, Les Montdains sur la Carte de Cassini, Le Mont d´Ain en 1808, Sur les Montains et Sur les Montdains en 1810, Les Monts d´Ain en 1843, Le Mondain en 1911, sommet, 1127m (Nantua et Saint-Martin-du-Frêne, Haut-Bugey, Ain).


Mondau, Mondillon, Mondion Collines, terrain bosselé, petit mont, par sonorisation du t de Montau, Montil[l]ion, etc.
Le Mondau, hameau (Gingins, district de Nyon, Vaud) ;
Mondillon, petite colline, 724 m (Mollens, district d´Aubonne, Vaud) ;
Mondion, alpage (Bassins, district de Nyon, Vaud).
Mondésir, Mon Désir Toponymes récents. Déverbal de désirer, latin desiderare, « souhaiter, regretter l´absence ».
Mondésir, par composé, domaine (Satigny, Genève) ;
Mon Désir, maison isolée (Rebeuvelier, district de Delémont, Jura).
Mondralèche Alpage de la commune d´Icogne (District de Sierre, Valais), Mundralessy en 1250, Mondrelessi en 1418, Mondralesse en 1906, nom d´origine inconnue.
Mondrion, Mont Riant, Mont Rion, Montriond, Mont Riond,
Montrond, Mont Rond, Morion, Moron Montagne ronde, voir Riond.
Mont Riant, lieu-dit (Le Grand-Saconnex, Genève) ;
Mont Rion, 2710m (Nus, vallée d´Aoste) ;
Montriond, commune et village de la vallée de la Dranse dont l´ancien nom Chéravaux subsiste dans le lieu-dit Pied de Chéravaux, et Dranse de Montriond, cours d´eau affluent de la Dranse de Morzine et émissaire du Lac de Montriond (Le Biot, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) ;
Montriond, colline au milieu d´un parc, Mons rotundus sub Lausanna en 1036, Montreont en 1238 (Lausanne, Vaud) ;
Montriond, sommet, 1714m (Seythenex, Bauges, Haute-Savoie) ;
Mont Riond, colline boisée, 1212m (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie) ;
Montrond, commune et village (Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie) ;
Mont Rond, lotissement (Notre-Dame-de-Bellecombe, Val d´Arly, Savoie) ;
Mont Rond ou Montrond, sommet du Jura (Pays de Gex, Ain) ;
Mont Rond, 2572m (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Moriond, village (Courchevel, Tarentaise, Savoie) ;
Morion, maison isolée en clairière, Forêt de Morion (Liddes, district d´Entremont, Valais) ;
Morion, Mont Rion sur la Carte Nationale, chaînon, avec le Mont Rion Central, 3487m, et le Mont Rion Méridional, 3489m, (Ollomont et Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Becca Morion, 2719m (Oyace et Valpelline, vallée d´Aoste) ;
Moron, alpage au pied d´une colline (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Moron, mons rotondus en 1210, hameau (Saint-Brais, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Moron, monte rotundo vers 1200, hameau, et Forêt de Moron (Châtelat, district de Moutier, Jura bernois) ;
Pâturage du Moron, lieu-dit (Perrefitte, district de Moutier, Jura bernois) ;
Sous Moron, maison isolée (Malleray, district de Moutier, Jura bernois).

Peut-être de même origine :
Mondrion, hameau (Ependes, district de la Sarine, Fribourg).

Voir aussi Romont.


Mondzeu Quartier de la station de Verbier (Bagnes, district d´Entremont, Valais), du nom d´une ancienne propriéte de l´Hospice du Saint-Bernard, appelé autrefois Mont-Joux [Bossard] ; il y a eu probablement confusion avec le terme Joux, « forêt de montagne », en patois Dzeu.
Monestier-d´Ambel, Monestier-de-Clermont, Monestier-du-Percy, Monetay, Monetier,
Monnetier, Moti, Môtie, Motier, Môtier,
Môtiers, Mottay, Mottier, Motty, Moty,
Mousterière, Moutaret, Moutier, Moûtiers, Münster,
Mutrux Patois motî, mutru, « église », ancien français môti, moutier, « église, monastère », bas latin monisterium, « moutier, église », latin monasterium, « monastère », grec monastêrion « résidence solitaire ».

Ancien français moustier, « église, monastère, couvent » :
Le Motier, hameau (Replonges, Bresse, Ain) ;
Môtier, Mostier en 1230, village (Haut-Vully, district du Lac, Fribourg) ;
Môtiers, Mostier en 1268, Motier en 1906, commune et village développés autour du Prieuré Saint-Pierre vers le XIème siècle (District du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Derrière Môtiers, Derrier le Mostier en 1554, Derrier le Moustié en 1655, aussi Derrière Métiers, lieu-dit du vignoble situé derrière l´ancienne église de Pontareuse (Boudry, Neuchâtel) ;
Mottier, Monasterium prope castrum Bozoxellum au XIIème siècle, Monasterium de Bocsel au XIIIème siècle, Prior Musterii au XVème siècle, commune et village de la Plaine de Bièvre (La Côte-Saint-André, arrondissement de Vienne, Isère) ;
Moutier, Monasterium Grandis-vallis en 769, datum Monasterii en 1154, apud Monasterium en 1181, Monstier en 1189, Monster in Granvalt en 1698, nom allemand Münster (Ville, commune et district du Jura bernois) ;
Gorges de Moutier, gorges de la Birse (Moutier, Jura bernois) ;
Montagne de Moutier, grand pâturage (Moutier, Jura bernois) ;
Vieux Moutier ou Vieux-Moty, maison isolée (Yens, district de Morges, Vaud) ;
Moûtiers, noms latins Centronum civitas, Claudii forum, Darantasia sur la Table de Peutinger, nom d´origine préceltique de sens inconnu, Monasterium in Tarantasia, Monsterium in Tarantasia et Tarantasia, commune et village de la Tarentaise (Arrondissement d´Albertville, Savoie).

Avec le suffixe collectif -ière :
La Mousterière, alpage (Ugine, Val d´Arly, Haute-Savoie).

Patois motî, « église » et ancien français môti, « église, monastère » :
Le Moti, Mothy en 1906, hameau (Vugelles-la-Mothe, district d´Yverdon, Vaud) ;
Fin devant le Môtie, lieu-dit (Glovelier, district de Delémont, Jura) ;
Le Mottay, habitat dispersé, et Le Vieux Mottay, lieu-dit (Publier, Chablais, Haute-Savoie) ;
Le Grand Mottay, sommet, 1736m (Bernex et Thollon-les-Mémises, Chablais, Haute-Savoie) ;
Fin du Motty ou Fin du Moty, lieu-dit où se trouve l´église du village (Grangettes, district de la Glâne, Fribourg) ;
Champ du Moty, « champ de l´Eglise », lieu-dit (Domdidier, district de la Broye, Fribourg).

Patois mutru, « église », latin monasteriolu, « petit monastère » :
Mutrux, Mostrue en 1309, Mustrueu en 1358, Monstruz et Mustruz en 1381, Mutrou en 1403, Mutru en 1867, commune et village (District de Grandson, Vaud).

Forme alémanisée au XVème siècle :
Münster, de Monasterio en 1382, commune et village (District de Conches, Valais).

Mot régional monestier, monêtier, « monastère » [Pégorier] :
Monestier-d´Ambel, mandamentum Monasterii de Ambello et castrum Monesterii de Ambello au XIVème siècle, Monestier Dambel au XVème siècle, commune et village du Beaumont (Corps, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Monestier-de-Clermont, Monasterium Claromontis in Triviis au XIIIème siècle, prior Monesterii Clarimontis au XVème siècle, canton, commune et village du Trièves (Arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Le Monestier-du-Percy, condamina del Monestier au XIIIème siècle, parrochia Monasterii Persici et parrochia Monasterii de Persico au XIVème siècle, Monestier du Perce au XVIème siècle, commune et village du Trièves (Clelles, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Le Monetay, Le Monestay en 1650, Le Monetay en 1743, Le Monestey en 1847, maison isolée (Treffort-Cuisiat, Revermont, Ain) ;
Monetier, hameau (Saint-Jorioz, Annecy, Haute-Savoie) ;
Monnetier, ecclesia de Moneste en 1153, Monestier en 1250, Cura de Munitier vers 1344, puis Monnety en 1696, village et Monnetier-Mornex, commune du Genevois (Reignier, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), qui a absorbé la commune d´Essert-Salève en 1974 ;
Monnetier, Le Monestier et Le Monetier en 1911, hameau (Champfromier, Michaille, Ain).

Avec le suffixe diminutif -et :
Le Moutaret, Mostaret, Mosteret et Moyteret au XIIIème siècle, Mottaret au XVIIIème siècle, commune et village de Belledonne (Allevard, arrondissement de Grenoble, Isère).

Voir aussi Menestruel, Romainmôtier.


Monfrégy Lieu-dit en forêt de la commune de Buix (District de Porrentruy, Jura), pourrait être un composé de mons et d´un anthroponyme germanique Frigis, voir Fregiécourt.
Mongonod Hameau de la commune de Sutrieu (Valromey, Ain), Mongonot et Montgonot en 1345, composé de mons et d´un patronyme Gonod, Gonot.
Mongrimoux Mongrimoux ou Montgrimoux, Mont Grimoux, hameau de la commune de Feillens (Bresse, Ain), Montgrimont vers 1325 et en 1402, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Mons Grimonis composé de mons et d´un anthroponyme Grimonus, forme latinisée du germanique Grimmund, du germanique grimma, « furieux, effroyable » et mundi, « protection ».
Monible Commune et village du district de Moutier (Jura bernois), Montnible en 1403, nom composé de Mont et d´un deuxième terme indéterminé, peut-être du latin nebula, « brouillard, nuage ».
Monlési Alpage de la commune de Boveresse (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), patois mon lési, « mon loisir », selon Jaccard, « [nom] donné au XVIIIème siècle par un propriétaire à ce domaine appelé antérieurement La Louva » ;
Glacière de Monlési, lieu-dit (Boveresse, district du Val-de-Travers, Neuchâtel).
Monnaie La Monnaie, maison isolée de la commune de Bas-Vully, district du Lac (Fribourg), du latin munitum, « fortifié, défendu, protégé » [Aebischer].
Monnard, Monney, Monneyres Patronymes issus du patois monnâ, latin molinarius, « meunier ».
Essert Monnard, maison isolée en clairière (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Pré Monney, maison isolée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg).

Par féminisation du patronyme Monney :
Monneyres, lieu-dit (Denens, district de Morges, Vaud).


Monnaz Probablement du nom d´une Villa Mon[n]a, d´un patronyme gallo-romain Mon[n]us
Monnaz, Mona et Monna en 1213, Muna en 1221, commune et village (District de Morges, Vaud) ;
Monnaz, hameau (Marignier, Faucigny, Haute-Savoie).
Monod Hameau de la commune de Poisy (Annecy, Haute-Savoie), patronyme, hypocoristique, avec le suffixe -od, par aphérèse de Simon.
Monpy Monpy, lieu-dit en forêt, et Sous Monpy, alpage de la commune d´Enges (Neuchâtel), pourrait être un composé de Mont et de Puy (il y a un Crêt du Puy à proximité).
Mon Repos Nom de domaine récent et fréquent. Voir Repos.
Mon Repos, parc public (Genève).
Monruz Quartier de la ville de Neuchâtel, Monruz en 1220, Morruz en 1374, Montruz en 1463, Molrup et Molrupz en 1485, Monrup en 1526, composé de Mont et de Ruz, ruisseau.
Mons, Mont, Montagnat, Montagnayes, Montagne,
Montagnetta, Montagnette, Montagnole, Montagnon, Montagnoulaz,
Montagnoule, Montagnys, Montanare, Montaneire, Montaney,
Montaneys, Montanney, Mont Cenis, Mont-Cenis, Montegnattes,
Mont-la-Ville, Mont-le-Vieux, Monts, Mont-sur-Lausanne, Mont-sur-Rolle,
Mont-Tramelan Sommet, pâturage d´été, alpage en pente, voir mons.

Forme latine mons ; on peut aussi penser à un nom de personne ou surnom Montus qui serait à l´origine du gentilice Montius :
Mons, in villa Montis en 878, in villa de Monte et Villa que dicitur Montis en 1074-1096, Apud Monz en 1214, Apud Mons en 1272, Mansus del Mont en 1344, hameau (Replonges, Bresse, Ain) ;
Mons, In villa de Monte au XIIème siècle, hameau (Saint-Jean-sur-Reyssouze, Bresse, Ain) ;
Mons, in Monte en 885, Monz en 1299-1369, hameau (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
Mons Fontaine, lieu-dit (Journans, Bresse, Ain).

Français mont :
Le Mont Cenis, hameau (La Chapelle-Blanche, Val Gelon, Savoie) ;
Mont de Collonges, alpage (District de Saint-Maurice, Valais) ;
Mont Dessus, hameau (Mont-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud) ;
Mont-la-Ville, Monte villa en 1141, commune et village (District de Cossonay, Vaud) ;
Mont-le-Vieux, ruines d´ancien château édifé à la fin du XIIIème siècle et incendiée par les Suisses en 1475, nom attesté en 1388, pour le distinguer de Mont-le-Neuf (Essertines-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud) ;
Le Mont-sur-Lausanne, Monte super Lausannam en 1237, commune et agglomération du district de Lausanne (Vaud) ;
Mont-sur-Rolle, vico sancte Mariae, que dicitur Castello mont en 996, Monte entre 994 et 1031, puis burgum de Montibus, Mont-le-Neuf et Mont-le-Grand, commune et village (District de Rolle, Vaud) ;
Mont-Tramelan, Montagnes de la paroisse de Tramelan en 1685, commune avec habitat dispersé (District de Courtelary, Jura bernois) ;
Le Gros Mont et le Petit Mont, pâturages, et Plan du Mont, alpage (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Les Gros Monts et Les Petits Monts, maisons isolées (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg).

Ancienne acception du mot mont, « col » :
Mont-Cenis, per Montem Cinisium en 773, Montis Cilleni en 1168, ultra montem Celinum en 1324, col à 2082m entre la Maurienne (Savoie) et le Val de Suse (Piémont).

Français régional montagne, « propriété située sur les hauteurs où l´on conduit les troupeaux en alpage » [Constantin], voir le mot régional montagne :
Montagne, villa Montagnia in agro Leviacense au Xème siècle, commune et village de Chambaran (Saint-Marcellin, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Montagne, alpage (Le Glèbe, district de la Sarine, Fribourg) ;
Montagne de Romont alpage, et Pâturage de la Montagne, pâturage (Romont, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Montagne de l´Au, alpage (Tanay, Port-Valais, district de Monthey, Valais).

Alpage de basse altitude, avec le suffixe diminutif -ette, voir le mot régional montagnette :
La Montagnette, lieu-dit (Corserey, district de la Sarine, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif patois -etta :
Montagnetta, alpage (Sarre, vallée d´Aoste) ;
La Montagnetta de Saint-Jean, pâturage (Saint-Jean, Val d´Anniviers, Valais).

Avec les suffixes diminutifs -ole, -oule ou la forme patoise -oulaz :
Montagnole, Montagnola en 1488, commune et village (Cognin, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
Montagnoulaz, Montagnuola sur la Carte IGC, alpage (Pré-Saint-Didier, vallée d´Aoste) ;
Montagnoulaz, hameau en clairière (La Salle, vallée d´Aoste) ;
Montagnoule, alpage (Vallée de la Thuile, vallée d´Aoste).

Avec le suffixe diminutif -on :
Montagnon, Montagnun en 1234, hameau (Leytron, district de Martigny, Valais).

Avec le suffixe diminutif jurasien -atte :
Les Montegnattes, collines boisées (Crémines, district de Moutier, Jura bernois).

Dérivés avec les suffixes collectifs -at, -aye, -ey, -y :
Le Montagnat, maisons isolées (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud) ;
Torrent des Montagnayes, affluent du Buthier de Valpelline, dans la Comba des Montagnayes (Bionaz, vallée d´Aoste), nom monté au Col des Montagnayes, 2903m, et aux Pointes des Montagnayes, 3042m (Bionaz et Nus, vallée d´Aoste) ;
Les Montagnys, lieu-dit (Choulex, Genève) ;
Montaney, hameau (Billens-Hennens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Montaneys, lieu-dit (Dommartin, district d´Echallens, Vaud) ;
Champ Montanney, maison isolée (Saint-Martin, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Chemin en Montanney (Pompaples, district de Cossonay, Vaud).

Dérivés avec les suffixes collectifs -are, -eire :
Montanare, lieu-dit (Vuarrens, district d´Echallens, Vaud) ;
La Montaneire, maison isolée (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg).

Voir aussi le diminutif Montet et les nombreux dérivés composés avec mont en préfixe ou en suffixe.


Monsieur Le titre de Monsieur était donné à un homme issu de la noblesse.
Champ Monsieur, hameau (Neuchâtel) ;
Le Fahy Monsieur, forêt ayant appartenu au prince-évêque (Miécourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Maison Monsieur, hameau, ancien péage sur le bord du Doubs construit en 1545 par Monsieur de Valengin, comte René de Challant (La Chaux-de-Fonds, Neuchâtel) ;
Pré Monsieur, hameau (Môtiers, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
Pré Monsieur, allusion au prince-évêque, lieu-dit (Alle, district de Porrentruy, Jura).
Monsmier Nom français du village bernois de Müntschemier, district de Cerlier.
Monsteroux-Milieu, Montseveroux Communes et villages voisins de la Bièvre (Beaurepaire, arrondissement de Vienne, Isère).
Monsteroux-Milieu, Mons subterior au XIème siècle, Montseterox au XIIIème siècle, Mons Susterior et Monsouterou au XVème siècle, « mont inférieur », 316m ;
Montseveroux, Mons superior en 975-993, « mont supérieur », 403m [Longnon].
Monstre Le Monstre, bloc erratique au Montet (Bex, district d´Aigle, Vaud), par métaphore.
Mont Par analogie, Mont est aussi utilisé pour désigner le « talus rapide qui du blanc-fond et du plateau sous-lacustre descend aux grandes profondeurs d´un lac » [Pierrehumbert] (le blanc-fond est la partie de la plate-forme d´abrasion lacustre qui se trouve près du bord).
Mont de l´Abbaye, dans le lac de Joux (L´Abbaye, district de la Vallée, Vaud).
Monta, Montage, Montancets, Montat, Montau,
Montaut, Montay, Montaz, Monte, Monteau,
Montée, Montées, Montelin, Montérel, Monteret,
Montes, Montés, Montet, Montey, Monthey,
Monthieu, Monthieux, Monthion, Monthouses, Monthoux,
Montiau, Montin, Montiou, Montis, Montitaz,
Montoie, Montois, Monton, Montons, Montoux,
Montoyes, Montoz, Montset, Montus, Mountet Petit mont, colline, village situé sur une colline, ou endroit pentu, montée.

Français montée, « pente, voie par laquelle on gravit une éminence », forme féminine substantivée du participe passé de monter :
Monte Môle, lieu-dit sur le flanc du Môle (Saint-Jeoire, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Montées, alpage (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Grandes Montées et Les Petites Montées, ressauts sur la voie du Mont Blanc par les Grands Mulets (Mont Blanc, Haute-Savoie) ;
Bois des Montés, forêt déclive (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).

Patois comtois montée, « escalier » :
Haut de la Montée, lieu-dit au-dessus des gorges du Doubs (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).

Ancien français montet, « petit mont », diminutif de Mont avec les suffixes -et -ey, et ancien français montel, « monticule » :
Montet, hameau sur une colline dominant le lac de Neuchâtel (Cudrefin, district d´Avenches, Vaud) ;
Montet, commune et village (District de la Glâne, Fribourg) ;
Montet, Montel en 1184, Monz en 1215-1219, Montez en 1223, Monteils en 1266, Montils en 1275, village et ancienne commune (Les Montets, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Montet, Monthey en 1792, colline, 688m (Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Le Montet, Montel en 1250, hameau (Montluel, Dombes, Ain) ;
Le Montet, Monteil en 1436, maison isolée (Tossiat, Bresse, Ain) ;
Les Montets, nouvelle commune fribourgeoise du district de la Broye, qui regroupe les anciennes communes d´Aumont, de Frasses, de Granges-de-Vesin et de Montet ;
Les Montets, Le Monteys en 1416, Les Monteis en 1439, hameau (Cormoz, Bresse, Ain) ;
Aiguille des Grands Montets, 3297m, Col des Grands Montets, 3233m, et Glacier des Grands Montets (Argentière, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
Le Montey, maisons isolées (Nattages, Bugey, Ain) ;
Monthey, Montheil au XIIème siècle, Montez en 1215, Monteyz en 1233, Monteys en 1239, Montelz en 1267, Montetz en 1290, Montey en 1409, nom latin Mont[h]eolum dans les chartes, nommé d´après le petit mont sur lequel se trouvait l´ancien Château-Vieux ou Château de la Motte, ville, commune et district (Valais) ;
Monthey du Bas et Monthey du Haut, hameaux (Le Landeron, Neuchâtel) ;
Monthieu, pâturage, Cheminée de Monthieu, passage difficile, nom monté au Col de Monthieu, 2251m, et à la Tête de Monthieu, 2479m (Flaine, Grand Massif, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Pas de Monthieu, passage délicat (Sallanches, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Monthieux, Montel en 1225, Monteu en 1234, Monteux en 1271, Monteouz en 1299-1369, commune et village de la Dombes (Villars-les-Dombes, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Ravin de Monthieux, couloir (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Probablement une variante patoise de montet :
Montitaz, hameau (Val Ferret, vallée d´Aoste).

Ancien français montelet, « petit monticule », par rhotacisme :
Monteret, maisons isolées en clairière (Saint-Cergue, district de Nyon, Vaud) ;
Monteret, lieu-dit(Etroubles, vallée d´Aoste).

Diminutif avec le suffixe -in :
En Montelin, hameau (Apples, district d´Aubonne, Vaud).

Ancien français montoi, « colline » :
La Montoie, colline boisée (Cornol, district de Porrentruy, Jura) ;
Avenue de Montoie, d´un ancien lieu-dit (Ville de Lausanne, Vaud) ;
Le Montois, maisons isolées (Undervelier, district de Delémont, Jura) ;
Les Montoyes, lieu-dit (Boécourt, district de Delémont, Jura).

Ancien français monte, « montée, montagne », que l´on retrouve dans le Jura :
Côte des Montes, forêt déclive au bord du Doubs (Soubey, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Vieilles Montes, forêt déclive (Courchavon, district de Porrentruy, Jura).

Formes patoises valaisannes et valdôtaines :
La Monta, La Munta en 1267, hameau (Arolla, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
La Montau (Charrat, district de Martigny, Valais) ;
Bec de la Montau, sommet, 2921m (Nendaz, district de Conthey, et Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Montay, pâturage, et Glacier de Montay (Ferpècle, Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Monteau, alpage (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Couloir des Montis, lieu-dit (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Montons, sommet, 2569m, Gros Monton, sommet, 2332m Petit Monton, sommet, 2161m (Sénin, Savièse, district de Sion, Valais).

Forme patoise savoyarde :
Montaut lieu-dit en forêt (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -et :
Montset, lieu-dit (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Petit Mountet, lieu-dit, 2142m, nom monté au Glacier du Mountet, au Col du Mountet 3658m, et à la Pointe du Mountet, 3877m (Zinal, Val d´Anniviers, Valais).

Diminutif du vieux français montant, « lieu en pente » avec le suffixe -et :
Les Montancets, lieu-dit (Essertines-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -in :
Montin, petite colline (Vullierens, district de Morges, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -el :
Montérel, Montéral en 1400, pâturage (Vallon de l´Hongrin, Villeneuve, district d´Aigle, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -on :
Monthion, Montyo au XIVème siècle, anciennement aussi Montion et Monthyon, commune et village de la Combe de Savoie (Albertville-Sud, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Monthion, lieu-dit (Mont-sur-Rolle, district de Rolle, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -au :
Montiau, lieu-dit (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe -oux, du latin montosus, « montagneux, montueux » :
Haut Monthoux, sur la colline, et Bas Monthoux, au bas de cette colline, villages de l´ancienne commune de Monthoux, rattachée à Vétraz en 1818 pour former la commune de Vétraz-Monthoux, castrum de Monteuz en 1279, Montheolum en 1287, Monthouz en 1309, Cura de Monthouz vers 1344, Montou en 1355 (Vétraz-Monthoux, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Monthoux, lieu-dit (Meyrin, Genève) ;
Monthoux, hameau (Troinex, Genève) ;
Les Montioux, Le Montiou en 1911, hameau (Ramasse, Revermont, Ain) ;
Les Montioux, lieu-dit (Villereversure, Revermont, Ain) ;
Montoux, hameau (Domsure, Bresse, Ain) ;
Montoux, hameau (La Thuile, Bauges, Savoie) ;
Le Montoux, maisons isolées (Belley, Bugey, Ain).

Par féminisation, probablement un propriété de l´ancienne commune de Monyhoux :
Les Monthouses, quartier (Annemasse, Faucigny, Haute-Savoie).

Autres dérivés :
La Montage, lieu-dit (Cornol, district de Porrentruy, Jura) ;
La Montat, maison isolée (Sugnens, district d´Echallens, Vaud) ;
La Montaz, alpage (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Montoz, aussi Monto en 1906, grand pâturage, et Envers de Montoz, forêt déclive (Court, district de Moutier, Jura bernois) ;
Montoz, lieu-dit (La Heutte, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Les Montus, alpage et forêt (Rochefort, district de Boudry, Neuchâtel).

Voir aussi Monnat.


Montabliet, Montadiu, Montalangin, Montarquis, Montasson,
Montbarry, Montbréji, Montcherand, Montébard, Montéman,
Montena, Montengillié, Montépoirgeat, Monternau, Monterrebout,
Monterschu, Montessau, Montessy, Montgènaux, Montigon,
Montisbrand, Montisel, Montivert, Montorbé, Montorbon,
Montrallat, Montrenaz, Montrouble Toponymes composés de Mont et d´un deuxième terme indéterminé, en général un anthroponyme.
Montabliet, colline boisée, 873m (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Pâturage de Montadiu et Côte de Montadiu, lieux-dits (Souboz, district de Moutier, Jura bernois) ;
Montalangin, colline boisée (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montarquis, pâturage, et Grotte de Montarquis, lieu-dit (Le Reposoir, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Montasson, maisons isolées (Russy, district de la Broye, Fribourg) ;
Montbarry, hameau (Le Pâquier, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montbréji, lieu-dit en forêt (Asuel, district de Porrentruy, Jura) ;
Montcherand, Montcherant en 1324, Moncherant en 1453, commune et village (District d´Orbe, Vaud) ;
Montena ou Montenâ, lieu-dit et zône industrielle (Rossens, district de la Sarine, Fribourg) ;
Montébard, maison isolée en clairière (Morillon, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montéman, lieu-dit (Fétigny, district de la Broye, Fribourg) ;
Montengillié, lieu-dit (Estavayer-le-Lac, district de la Broye, Fribourg) ;
Montépoirgeat, forêt (Undervelier, district de Delémont, Jura) ;
Bois de Monternau, forêt (Arconciel, district de la Sarine, Fribourg) ;
Monterrebout, alpage (Lullin, Chablais, Haute-Savoie) ;
Monterschu, Moncorsum en 1231, Montcorsu au XIIIème siècle, Monterschün en 1363, Monterson en 1423, Monterschon en 1436, hameau, ancienne commune, et Monterschuwald, forêt, avec l´allemand Wald, « forêt » (Cormondes, district du Lac, Fribourg) ;
Montessau, lieu-dit en forêt (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
Bois de Montessy, lieu-dit (Yvonand, district d´Yverdon, Vaud) ;
Montgènaux, lieu-dit (Boncourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Montigon, lieu-dit (Molondin, district d´Yverdon, Vaud) ;
Montisbrand, hameau (Les Clefs, Bornes, Haute-Savoie) ;
Montisel, hameau (La Roche-sur-Foron, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montivert, colline (Marly, district de la Sarine, Fribourg) ;
Montorbé, lieu-dit en forêt (Coeuve, district de Porrentruy, Jura) ;
Montorbon, sommet, 2483m (Conthey, Valais) ;
Montrallat, lieu-dit (Boécourt, district de Delémont, Jura) ;
Montrenaz, hameau (Saint-Jeoire, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montrouble, faubourg (Granges-près-Marnand, district de Payerne, Vaud).
Montadon Le Montadon, alpage de la commune de Château-d´Oex (Pays-d´Enhaut, Vaud), soit du vieux français montant, « lieu en pente », soit d´un patronyme Montadon, variante plus rare de Montandon, de même origine.
Montadzou Alpage de la commune de Rougemont (District du Pays-d´Enhaut, Vaud), probablement un composé de Mont, et dzou, forme patoise de Jeur, voir Dzeu.
Montagibert Quartier de la ville de Lausanne, Monte Girbert en 1238, Montegiber en 1475, de l´anthroponyme germanique Gerbert, « brillant par la lance », ancien haut allemand gêr, « lance, javelot », et beraht, « brillant, renommé ». C´estprobablement le mons Gusberti de 1140 mentionné par Martignier, et que celui-ci attribue au Chalet à Gobet.
Montagnat, Montagneux, Montagnier, Montagnieu, Montagny,
Montagny-la-Ville, Montagny-le-Corboz, Montagny-les-Lanches, Montagny-les-Monts, Montagny-près-Yverdon,
Montana, Montanay, Montanet, Montignez Dérivés de noms de domaines gallo-romains issus du nom propre Montanius, Montanus, de l´adjectif montanus, « de la montagne, montagnard ».

D´un primitif [villa] Montana, par féminisation du cognomen Montanus :
Montana, commune et station de sport, et Montana-Village, village (District de Sierre, Valais).

D´un primitif [fundus] Montanus :
Montagnieu, Montanensi au Xème siècle, ecclesia Montagniaci au XIIIème siècle, Montagneu au XIVème siècle, commune et village, et Montagnieule Bas, hameau dans la même commune (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).

D´un primitif [praedium] Montaniacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Montanius :
Montagnat, Villa Muntaniacus en 1013, Montannyes en 1250, Montaignia en 1256, Montagnia vers 1335, Monteignia vers 1365, Montagniacus en 1436, etc., commune et village de la Bresse (Arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Montagnat, In villa Montaniaco en 994, Montagnie en 1230, Montagnac sur la Carte de Cassini, et Le Moulin de Montagnat, maisons isolées (Feillens, Bresse, Ain) ;
Montagnat, Mansus de Montanie en 1230, Montaigniacus et Montagnia en 1443, etc., maisons isolées (Saint-Jean-sur-Veyle, Bresse, Ain) ;
Montagneux, Villa Montaniacus et in villa Montaniaco en 944, de Montagniaco en 1187, Montaigneu en 1238, Montaigniacus en 1244, Montaneus vers 1250, Montagniacus en 1299-1369, Montagneu en 1324, etc., ancienne commune, hameau, et Bas Montagneux, hameau (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain) ;
Montagnier, Montagnié en 1269, Montagni en 1374, Montagnyez en 1377, village (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Montagnieu, Montanneu en 1220, Montaigniacus en 1429, Ecclesia Sancti Desiderii Montagniaci en 1587, etc., commune et village du Bugey (Lhuis, arrondissement de Belley, Ain) ;
Montagnieu, Montagniacum au XIIème siècle, Montaigneu et de Montanneu au XIIIème siècle, villa de Montagneu au XIVème siècle, hameau (Soleymieu, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Montagnieu, lieu-dit (Saint-Baudille-de-la-Tour, L´Isle-Crémieu, Isère) ;
Montagnieux, Montanieu au XVème siècle, Montagnieu au XVIIIème siècle, hameau (La Frette, Bièvre, Isère) ;
Montagny, commune et village de la Tarentaise (Bozel, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Montagny, commune issue de la fusion des anciennes communes de Montagny-la-Ville, Montagny-les-Monts et Mannens-Grandsivaz (District de la Broye, Fribourg) ;
Montagny, in Montaniaco en 991-1025, Montagnie en 1212, de Montania en 1225, hameau (Cranves-Sales, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Sous Montagny, lieu-dit (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Montagny-la-Ville, Montaniacus, Montagniacus, Montaniei et Montanie au XIIème siècle, montagnie li villa et montagnye en 1320, montagniacum la villa en 1403, Montagnie et Montagni en 1668, nom allemand actuel Montenach-Stadt, Montenach en 1477, village et ancienne commune (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Montagny-le-Corboz, ancienne citadelle, peut-être Montagniacus curtis en 1009, Montanie en 1228, Montagny-le-Corbe en 1867 (Valeyres-sous-Montagny, district d´Yverdon, Vaud) ;
Montagny-les-Lanches, Montagny jusqu´en 1935, commune et village (Seynod, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie) ;
Montagny-les-Monts, Castrum Montaniacum en 1146, Montagnye le Mont en 1480, nom allemand Montenach-Berg et Ober Montenach en 1578, village et ancienne commune (Montagny, district de la Broye, Fribourg) ;
Montagny-près-Yverdon, in villa Montaniaco en 995-996, Montagniaco en 1149, Montagniei en 1174, Montaigny le Courbe en 1397, commune et village (District d´Yverdon, Vaud) ;
Montignez, Montaniaco en 731, Mont Teignei et Montignei en 1170, Montaignie en 1181, Muntiniacum en 1187, Montegnez en 1189, Montaigny en 1346, commune et village (District de Porrentruy, Jura).

D´un primitif Montanesium, dérivé avec un suffixe -eisium, -esium peut-être gaulois du cognomen Montanus :
Montanay, Ecclesia Sancti Petri in Montaneisio sita en 971, Montanesium en 1173, Montaneys et Montaneiz en 1201, Montaneis en 1225, Montaney en 1536, village et commune rattachée au département du Rhône en 1967 ;
Montanet, Montaneys en 1187, apud Montaneis en 1223, Montaney en 1443, Montanay en 1670, hameau (Perrex, Bresse, Ain).


Montagnère La Montagnère, maison isolée de la commune de Saint-Sixt (Faucigny, Haute-Savoie), par féminisation d´un patronyme Montagner attesté.
Montagnyres, Montanaire, Montaneyre Lieu montagneux, bosselé, d´un adjectif patois signifiant « montagneux », adjectifs anciens français montanier, « de montagne », et montenaire, « habitant des montagnes ».
Les Montagnyres, hameau (Mieussy, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montanaire (Bussy, district de la Broye, Fribourg) ;
Montaneyre, lieu-dit (Oppens, district d´Yverdon, Vaud).
Montaigre Bois de Montaigre, forêt déclive de la commune de Courtedoux, district de Porrentruy (Jura), du latin montem acrem, « mont aigu », voir Aigremont.
Montaigu Montagne pointue, de Mont, et aigu, latin acutum, « aigu, pointu ».
Montaigu, lieu-dit en forêt (Chevenez, district de Porrentruy, Jura).
Montailleur Commune et village de la Combe de Savoie (Grésy-sur-Isère, arrondissement d´Albertville, Savoie), Mantala sur la Table de Peutinger, montelos vers 1100, monteloso en 1216, Montilliosium en 1488, Montalieur et Montalieu au XIXème siècle. Du gaulois mantalo, « chemin, voie, route ».
Montailloux Nom composé de Mont, et d´un patronyme de même origine que Ailloud.
Montailloux, lieu-dit en forêt (Giez, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Montailloux, forêt (Présilly, Genevois, Haute-Savoie) ;
Montailloux-de-Bise et Montailloux-de-Vent, Apud Montem Alliodum en 1455, Apud Montem Alliodi en 1504, Montaliou en 1670, hameaux (Corbonod, Bugey, Ain).
Montalapiat Hameau de la commune de Curciat-Dongalon (Bresse, Ain), Le Mont a la piaz en 1439, Montalapiaz en 1911, avec le patois piaz, « pie », voir Pie, à moins que ce soit un « mont à lapiaz ».
Montalchez Commune et village neuchâtelois du district de Boudry, villa de Montallichie[z] en 1340, Montalechiez en 1398, Montalleschiez en 1432, Montaleschiez en 1487. Ce nom pourrait venir de mons et du nom romain Allicus.
Montalègre, Montaliègre Paraît dériver de Mont, et de l´ancien français alegre, « allègre, gai », latin vulgaire alacrus, alecrus, latin alacer, alacris, « vif, prompt, leste, agile ».
Montalègre, lieu-dit (Cologny, Genève) ;
Montaliègre, Montalègre sur la Carte de Cassini, maisons isolées (Servignat, Bresse, Ain).
Montalieu Montalieu, Mons Alluerium et Mons Aloer au XIIIème siècle, aussi Mons Alodium, latin allodium, voir alleu, hameau (Saint-Vincent-de-Mercuze, Grésivaudan, Isère).

Probablement de même origine :
Montalieu, Montallieu au XIIIème siècle, Monteailleu au XIVème siècle, village, chef-lieu de la commune de L´Isle-Crémieu de Montalieu-Vercieu (Morestel, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère).


Montanay Forêt de Montanay, lieu-dit de Bruson (Bagnes, district d´Entremont, Valais), serait selon Bossard le patronyme d´un ancien propriétaire.
Montandrey Hameau de Villars-le-Terroir, district d´Echallens (Vaud), anciennement terra sancti Andreae ou Terre de saint André, devenu Montandre en 1218, Montendrey en 1867.
Montangelier Maison isolée en forêt de la commune de Faverges (Haute-Savoie), composé de Mont et d´un patronyme Angelier, de l´anthroponyme germanique Angelhari, ancien haut allemand angul, « crochet », et hari, « guerrier ».
Montanges Commune et village de la Michaille (Bellegarde-sur-Valserine, arrondissement de Nantua, Ain), De Montangio en 1299-1369, Montange en 1670, composé de Mont et d´un patronyme comme Angius.
Montanière La Montanière, hameau de la commune de Montluel (Dombes, Ain), par féminisation d´un patronyme Montanier attesté.
Montant Hameau de la commune de Genolier, district de Nyon (Vaud), Montez en 1195, Monteins en 1243, Montens en 1867, probablement un nom d´origine burgonde issu de l´anthroponyme germanique Munt ou Mundo.
Montaplan Probablement une combinaison de Monta, et Plan, surface plane sur une montée ou une élévation.
Montaplan, maison isolée (Monthieux, Dombes, Ain) ;
Montaplan, maison isolée (Montluel, Dombes, Ain).
Montauban, Monterban Du latin montem albanum, de mons et du cognomen Albanus.
Montauban, hameau (Constantine, district d´Avenches, Vaud) ;
Montauban, maisons isolées en clairière (Cranves-Sales, Annemasse, Haute-Savoie) ;
Monterban, aussi Montalban, maison isolée [Aebischer] (Semsales, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Bois de Monterban, forêt (Hauterive, district de la Sarine, Fribourg) ;
Combe de Monterban, alpage (Le Locle, Neuchâtel).
Montaubert, Mont Aubert De Mont et d´un anthroponyme Aubert, voir Auberson.
Montaubert, hameau (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg) ;
Montaubert, hameau (Serraval, Bornes, Haute-Savoie) ;
Sur Montaubert, lieu-dit (Saint-Barthélemy, district d´Echallens, Vaud) ;
Mont Aubert, sommet du Jura (Concise, district de Grandson, Vaud).
Montaubion Hameau de la commune de Montaubion-Chardonney (District de Moudon, Vaud), in monte Albeonis vers 1200, Montalbium en 1223, in monte Albionis vers 1230, Montoubyun au XIIIème siècle, de mons et du nom latin Albion.
Montaud Commune et village du Pays voironnais (Tullins, arrondissement de Grenoble, Isère), Mons Altus, « mont haut » au XIVème siècle, Montaux au XVIème siècle, Montauld au XVIIème siècle, de Mont et du franco-provençal yau, « haut » [Nègre 1990].
Montavaux Hameau de la commune d´Orges (District d´Yverdon, Vaud), composé de Mont et Avaux.
Montavon De mons et d´un anthroponyme germanique Tado [Prongué]. C´est aussi un patronyme.
Montavon, Montaun en 1330, village (Boécourt, district de Delémont, Jura) ;
Montavon, peut-être par transfert, maisons isolées (Réclère, district de Porrentruy, Jura).
Montbach Klein Montbach, cours d´eau de la commune de Bellegarde (District de la Gruyère, Fribourg), affluent de la Jogne, nom hybride composé de Mont et de l´allemand klein, « petit », et Bach, « ruisseau ».
Mont Bally Mont Bally, maison isolée de la commune de Gimel, district d´Aubonne (Vaud), composé de Mont et d´un patronyme Bally dérivé de bailli.
Montban Forêt de la commune de Farvagny, district de la Sarine (Fribourg), composé de Mont et de Ban.
Montbas Montbas Dessous et Montbas Dessus, lieux-dits, et Forêt de Montbas, commune de Conthey (Valais), probablement pour un sommet peu proéminent.
Montbautier Sous Montbautier, hameau, Sur Montbautier et Montbautier sur Chaindon, maisons isolées, et Forêt de Montbautier, commune de Saicourt (District de Moutier, Jura bernois), composé de Mont et d´un patronyme Bautier, variante de Baudier, de l´anthroponyme germanique Baldhari, ancien haut allemand bald, « audacieux », et hari, « guerrier ».
Montbeauchon Dô Montbeauchon, maison isolée de la commune de Lajoux (District des Franches-Montagnes, Jura), composé de Mont et d´un patronyme français Beauchon rare.
Montbellard Lieu-dit des communes de Corserey (District de la Sarine) et Torny (District de la Glâne, Fribourg), Montbelley en 1906 et sur la Carte Nationale, composé de Mont et d´un second terme peut-être de même origine que Belley dans l´Ain.
Montbenay Lieu-dit de la commune de Mont-sur-Rolle, district de Rolle (Vaud), Mont-Beney en 1867, dont le nom, qui vient de l´abbaye de Montbenoît en Bourgogne qui possédait des dîmes dans la région, signifie « mont béni » ou « mont de Benoît ».
Montbenon Quartier de la ville de Lausanne (Vaud), Monbennon en 1233, Montbenun en 1238, Mombennon en 1259, Montbenon en 1533, composé de Mont et d´un anthroponyme germanique Benno.
Montbéranger Hameau de la commune du Châtel (Maurienne, Savoie), in monte Berengier et in monte Berengerio en 1189, Mont Bérenger en 1935, composé de mont et du patronyme Bérenger.
Montbion Composé de mons et d´un dérivé de l´anthroponyme germanique Bionis, voir Bion.
Montbion, maisons isolées, et Côte de Montbion, forêt déclive (Epiquerez, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Montbion, lieu-dit (Bure, district de Porrentruy, Jura).
Montblesson Lieu-dit de la commune de Lausanne (Vaud), Vaultblesson à la fin du XVIème siècle, aussi Montbliesson en 1867, nom composé de mont et blesson, nom de la poire à rissole. « Son nom lui vient des poiriers sauvages qui croissaient dans la localité » [Martignier]. Pour Bossard cette hypothèse est difficilement soutenable.
Montbonnot-Saint-Martin Commune et village du Pays grenoblois (Saint-Ismier, arrondissement de Grenoble, Isère), nés en 1851 de la fusion de Saint-Martin-de-Miséré et de Montbonnot, ecclesia Montis Bonoldi au XIème siècle, Monte Bonni au XIIème siècle, chassiania castri de Monte-Bonalde, Montis Bonaldi, Montbonot et mandamentum Montis Boneti au XIVème siècle, avec un anthroponyme germanique Bonold.
Montborjet Composé de mont et Borjet.
Montborjet, maisons isolées (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Petit Montborjet, lotissement (Giez, district de Grandson, Vaud).
Montbovats Les Montbovats, Les Montbovats Dessous et Les Montbovats Dessus, pâturages avec maisons isolées de la commune de Montfaucon (District des Franches-Montagnes, Jura), Montem boveti en 1210, Montbova en 1436, composé de mont et du patois bovat, « jeune boeuf », ou patronyme Bovat, voir Bouvet.
Montbovon Ancienne commune et village (Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg), dont le nom, Montebovonis et Mons bovonis attesté dès 1255, a été mentionné comme Montbovonis, Montisbovonis, Monbovon, Mons Bovum, Mons Bovarium, Mont Bovon, etc., mais il semble bien que la véritable origine soit « Mont de Bovon », c´est-à-dire la montagne d´un propriétaire dénommé Bovon, nom de famille connu dans la Gruyère au XIIème siècle, de l´anthroponyme germanique Bovo, issu du germanique bôban, « jeune garçon ». Le nom allemand de ce village, Bubenberg et Boemberg en 1492, signifie justement « montagne du jeune garçon ».
Montbrelloz Village fribourgeois de la commune de Vernay (District de la Broye, Fribourg), ancienne commune, Mons brenlos en 1228 Mons Bralou en 1256, Montbrelo en 1325, Montbrenlo en 1343, Montbreloz en 1453, composé de mons, « colline », et d´un anthroponyme indéterminé. L´hypothèse de Dauzat, selon lesquels le second terme dériverait du latin berula, « berle, cresson des fontaine », voir Berlai, ne peut expliquer les formes anciennes Brenlos, etc.
Montbreux Maison isolée de la commune de Charmoille (District de Porrentruy, Jura), nom composé de Mont et Breux.
Montbreyzieu Hameau de la commune de Contrevoz (Bugey, Ain), Montbreysieu en 1354, Montbraysieu en 1359, Apud Montbreysiacum et Montbreysiou en 1385, Apud Montembrisiacum en 1433, composé de mons et d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Brasiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Brasius.
Montbriant Château de Montbriant (Messimy-sur-Saône, Dombes, Ain), Montbrian en 1756, Montbriant sur la Carte de Cassini, Montbrillant en 1841, Montbriand en 1911, Château de Montbrian sur la Carte IGN, composé de mons et d´un nom de personne Brian, peut-être dérivé du théonyme gaulois Brennos.
Montbrillant Composé de Mont et du français brillant, du verbe briller, italien brillare, « s´agiter, se distinguer, resplendir », toponyme récent.
Montbrillant, maison isolée (Bière, district d´Aubonne, Vaud).
Montbrion Alpage de la commune de Blonay (District de Vevey, Vaud), composé de Mont et Brion.
Montburon Composé de Mont et de Buron, « hutte de berger, cabane ».
Montburon, Montbuyron en 1344, Montbouyron en 1376, Montburon en 1536, Montboyron en 1650, (Confrançon, Bresse, Ain) ;
Montburon, lieu-dit (Saint-Cyr-Sur-Menthon, Bresse, Ain).
Montcalia Lieu-dit de la commune de Bulle, district de la Gruyère (Fribourg), probablement composé de Mont et d´un élément calia dérivé du gaulois caljo, « pierre », voir Caille.
Mont Calme Grand Mont Calme, 3205m, et Petit Mont Calme, 3220m, sommets (Nendaz, district de Conthey, et Hérémence, district d´Hérens, Valais), probablement du gaulois calmis, car il n´y a pas de raison que ces monts soient plus calmes que d´autres.
Montcarra Commune et village des Balmes Dauphinoises (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Moncara, iter de Monte Cadrato et homines de Monte Carato et Montequadrato au XVème siècle, Montcaras au XVIème siècle, de Mont et de l´adjectif franco-provençal karra, « carré » [Nègre 1990], et Château de Montcarra, domus fortis Montis Cadrati au XIVème siècle, domus fortis Montis Quadrati au XVème siècle, dans la commune voisine de Saint-Chef.
Montcenez Gros Montcenez et Petit Montcenez, maisons isolées de la commune de Montfaucon (District des Franches-Montagnes, Jura), probablement de Mont et d´un dérivé du patois jurassien senneu, voir Seineu.
Mont César Sommet de la commune de Bernex (Chablais, Haute-Savoie), 1548m, avec un prénom ou patronyme César.
Montchaboud Commune et village du Pays grenoblois (Vizille, arrondissement de Grenoble, Isère), Mons Chaboudus au XIVème siècle, avec un patronyme Chaboud.
Montchaibeux Lieu-dit et petite montagne (627m) de la commune jurassienne de Courrendlin, district de Delémont, peut-être un ancien oppidum, appelés aussi Mont-Chaibeux et Mont Chaibeut en 1906, nom qui vient peut-être du latin montem capitosum de capus, capitis, « tête », et signifierait « monticule élevé », ou du patois mont tchaibie, « mont qui a été essarté », voir Chaibiat.
Montchalon, Mont Chalon De Mont et d´un diminutif de Chal, avec le suffixe -on.
Montchalon, aussi Montchallon, hameau (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Mont Chalon, colline, 1056m, lotissement (Thollon-les-Mémises, Chablais, Haute-Savoie).
Montcharvin Lieu-dit en forêt de la commune de Talloires (Bornes, Haute-Savoie), nom composé de Mont et du patronyme Charvin.
Mont Châtain Lieu-dit de la commune des Verrières (District du Val-de-Travers, Neuchâtel), peut-être en raison de sa couleur, adjectif dérivé de châtaigne, voir Chatagne.
Mont Chaubert Mont Chaubert, maison isolée de la commune de Saint-George, district d´Aubonne (Vaud), composé de Mont et d´un patronyme Chaubert dérivé de l´ancien prénom germanique Carobehrt, « soucieux de briller », germanique berhta, « brillant, célèbre ».
Montchaverin Colline de la commune de Rocourt, district de Porrentruy (Jura), de mons et d´un nom peut-être dérivé du latin calvus, « chauve » [Prongué].
Montchemin Montchemin, lieu-dit en forêt de la commune de Courrendlin et Sur Montchemin, lieu-dit de la commune de Rebeuvelier (District de Delémont, Jura), composé de Mont et Chemin selon Prongué.
Montchervet Signifie probablement « Colline chauve », de mons et chervet, voir Chervette.
Montchervet (Puidoux, district de Lavaux, Vaud).
Mont Chétif Sommet au-dessus de Courmayeur (Vallée d´Aoste), 2343m, anciennement Mons Captivus, Mont Cheity, en raison des esclaves captifs qui travaillaient dans les mines à son pied, voir Bois-Chétif.
Mont Choisi, Montchoisy, Mont Choisy Composé de Mont et de Choisi, Choisy.
Mont Choisi, maison isolée (Begnins, district de Nyon, Vaud) ;
Montchoisy, quartier aux Eaux-Vives (Genève) ;
Mont Choisy, lieu-dit (Jongny, district de Vevey, Vaud).
Mont Clergeon, Montclergeon Composé de Mont et du patronyme Clergeon, diminutif de Clerc.
Mont Clergeon, 1025m (Moye, Albanais, Savoie) ;
Montclergeon, hameau (Moye, Albanais, et Ruffieux, Chautagne, Savoie).
Montcorvé Maisons isolées de la commune de Valpelline (Vallée d´Aoste), composé de Mont, et de l´adjectif ancien français corve, « courbe », éventuellement par un patronyme.
Montcoutant Montcoutant ou Mont Coutant, hameau de la commune de Passy (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), composé de Mont et du patronyme Coutant, variante de Constant.
Montcovets Les Montcovets, lieu-dit de la commune de Courtemaîche, district de Porrentruy (Jura), composé de mons, et Covet, ce dernier terme étant peut-être un allusion au village de Coeuve voisin [Prongué].
Montcroix Montcroix ou Mont-Croix, lieu-dit de la commune de Delémont (Jura), serait selon Prince un ancien Mont Crût, du patois crût, « montée, crêt », variante de Crât.
Montcul Hameau de la commune de Colombier-Saugnieu (Rhône, Isère jusqu´en 1971), Montcuc au XIIème siècle, Montcu, Montecuto et Montequto au XIVème siècle, composé de Mont et de la racine romane cuc-, « butte, sommet », voir Cuchat, avec attraction du français cul.
Mont Dar Maison isolée de la commune des Hauts-Geneveys (District du Val-de-Ruz, Neuchâtel), où dar pourrait être une forme contractée de Darray, « derrière », ou, moins probable, de darbel, « jeune sapin ». Le toponyme Dar, « cascade », est certainement exclus.
Mont-de-Lans Commune et village de l´Oisans (Le Bourg d´Oisans, arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia de Lento au XIème siècle, Lent au XIIème siècle, Lentus villa au XIVème siècle, Mont de Lent au XVIème siècle, Montdelens sans date, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine [fundus] Lentius, avec le gentilice Lentius ;
L´Alpe de Mont-de-Lans, partie de la station sportive des Deux Alpes, dans la même commune ;
Glacier de Mont-de-Lans ou Glacier de Mantel (Saint-Christophe-en-Oisans, Oisans, Isère).
Montdesert, Montdésert Composé de Mont et de Désert.
Montdesert, maisons isolées (Marsonnas, Bresse, Ain) ;
Montdésert, Apud Montem Desertum en 1439, hameau (Curciat-Dongalon, Bresse, Ain) ;
Montdésert, ruine (Villemotier, Bresse, Ain).
Montdidier Sous Montdidier, lieu-dit de la commune de Corveissiat (Revermont, Ain) composé de Mont et du patronyme et prénom Disier, latin Desiderius, de desiderium, « désir, envie, objet de la tendresse ».
Monteclar Même origine que Clairmont.
Monteclar (Epalinges, district de Lausanne, Vaud).
Montécu Hameau de la commune du Mouret (District de la Sarine, Fribourg), ancienne commune, Monticum en 1285, Monticon en 1323, Monticun en 1487, Montecu en 1690, de l´adjectif latin médiéval monticus, « montueux », dérivé du latin mons.
Ruisseau de Montécu, affluent de la Nesslera (Le Mouret, district de la Sarine, Fribourg).
Monteil, Monteiller, Monteillers, Monteilly, Monteiron,
Montelier, Montellier, Montelly, Montenailles, Montilier,
Montilion, Montillat, Montillet, Montillier, Montilly,
Montolliet, Montolliets, Montolly, Montoly Collines, terrain bosselé, petit mont, vieux français monteil, « colline peu élevée », ancien français montel, « monticule », latin monticulus, diminutif de mons.

Vieux français monteil, « colline peu élevée » :
Monteil, maisons isolées sur une petite élévation (Romans, Dombes, Ain).

Du latin monticularium dérivé de monticulus avec le suffixe -arium :
Monteiller, Montelier en 1550, hameau (Chexbres, district de Lavaux, Vaud) ;
Monteiller, hameau (Savièse, district de Sion, Valais) ;
Le Monteiller, lieu-dit (Clarmont, district de Morges, Vaud) ;
Les Monteillers, petits sommets en-dessous d´un chaînon plus important (Brion, Haut-Bugey, Ain) ;
Montelier et Petit Montelier, hameaux (Morrens, district d´Echallens, Vaud) ;
Le Montellier, Monteller en 1299-1369, Montellier en 1291, château, village et commune de la Dombes (Meximieux, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Montilier, hameau sur une colline (Villorsonnens, district de la Glâne, Fribourg) ;
Montilier, Es Montelliers en 1270, Montillier en 1906, nom allemand actuel Muntelier, Muntels en 1300, commune et village (District du Lac, Fribourg) ;
Montillier, hameau (Vucherens, district de Moudon, Vaud).

Diminutif avec le suffixe -on :
Le Monteiron, colline (Denges, district de Morges, Vaud) ;
Montilion, Montillon en 1906 (Le Pâquier, district de la Gruyère, Fribourg).

Avec le suffixe diminutif -et :
Montillet, Domus fortis Montillieri en 1447, Monthellier en 1563, hameau (Matafelon-Granges, Haut-Bugey, Ain) ;
Montolliet, hameau (Corpataux-Magnedens, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Montolliets, forêt (Juvigny, Annemasse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -y :
Monteilly, hameau (Sugnens, district d´Echallens, Vaud) ;
Chemin de Montelly (Lausanne, Vaud) ;
Montilly, hameau (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montolly, lieu-dit (Etagnières, district d´Echallens, Vaud) ;
Le Montoly, lieu-dit (Gland, district de Nyon, Vaud).

Avec le suffixe diminutif jurassien -at :
Le Montillat, hameau (Fregiécourt, district de Porrentruy, Jura).

Avec le suffixe collectif ou dépréciatif -aille :
Montenailles, lieu-dit (Le Mont-sur-Lausanne, district de Lausanne, Vaud).


Montéla Colline boisée (669m) de la commune de Cuarny (District d´Yverdon, Vaud), ancienne propriété de l´abbaye de Thela ou Montheron, d´où son nom [Jaccard].
Montembloud Montembloud ou Montemblou, hameau de la commune du Mouret (District de la Sarine, Fribourg), Mutinblous en 1139, Montambloch en 1298, Montablot en 1301, Montamblod en 1644, composé de mont et d´un anthroponyme, Ambloch selon Jaccard.
Montenol Composé de Mont et d´un dérivé de l´anthroponyme germanique Taginald [Prongué].
Montenol, Montenot en 1173, Montinolt en 1180, Montenolt en 1210, Montenolz en 1461, commune et village (District des Franches-Montagnes, Jura) ;
Montenol, colline boisée (Courtételle, district de Delémont, Jura).
Montenvers Le Montenvers, pâturage au dessus de Chamonix (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), composé de Mont et d´Envers.
Montépin Composé de Mont et d´un dérivé de spina, « épine », voir Epine.
Montépin, Mont Espin en 1273, Montepin en 1344, Montespin en 1536, Petit Montépin, maisons isolées, et Ruisseau de Montépin (Bâgé-la-Ville, Bresse, Ain) ;
Montépin, maisons isolées (Etrez, Bresse, Ain) ;
Bois de Montépin, bosquet (Saint-Jean-sur-Veyle, Bresse, Ain).
Montès Roc Montès, domaine, actuellement centre hospitalier de la commune du Noirmont (District des Franches-Montagnes, Jura), villa nommée ainsi dès sa construction en 1904 en souvenir de Mère Marie de Jésus du Bourg, dans le monde Joséphine du Bourg, fondatrice de la Congrégation des Soeurs du Sauveur et de la Sainte Vierge, née en 1788 au château de Rochemontès près de Toulouse [Prince].
Montessert Montagne qui a été essartée, voir mont et Essert.
Montessert, clairière (Fleurier, district du Val-de-Travers, Neuchâtel).
Montessuit, Montessuits, Montessuy Composé de mont et essuit, « sec ». Montessuit est aussi un patronyme.
Montessuit, maisons isolées et forêt déclive (Entremont, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Montessuit, hameau (Betton-Bettonet, Val Gelon, Savoie) ;
Les Montessuits, hameau (Lovagny, Annecy, Haute-Savoie) ;
Montessuy, Montessuit en 1433, hameau (Chalamont, Dombes, Ain) ;
Montessuy, maisons isolées (Saint-Georges-sur-Renon, Dombes, Ain).
Montésy Maison isolée de la commune de La Verrerie, district de la Veveyse (Fribourg), à rapprocher de Montossy, selon Aebischer.
Montévau, Montévaux Nom composé de Mont et d´un anthroponyme germanique Ebald [Aebischer].
Montévau, lieu-dit (Penthalaz, district de Cossonay, Vaud) ;
Montévaux, maisons isolées (Arconciel, district de la Sarine, Fribourg).
Montevie Forêt déclive de la commune de Charmoille, district de Porrentruy (Jura), « chemin montant » [Prongué], voir Vie.
Montévraz Montévraz, ancienne commune, Montévraz Dessous et Montévraz Dessus, hameaux de la commune du Mouret (District de la Sarine, Fribourg), Montivrar en 1445, composé de Mont et d´un anthroponyme germanique Evrard remontant à Eberhard [Aebischer], en ancien haut allemand « fort comme un sanglier », du germanique ebura, « sanglier », et hardu, « fort ».
Monteynan Maison isolée de la commune d´Arconciel, district de la Sarine (Fribourg), Monten[n]an à la fin du XIIème siècle, actuellement aussi Monténan, de Mont et d´un anthroponyme germanique Aginand [Aebischer], et Bois de Monteynan, forêt voisine (Marly, district de la Sarine, Fribourg).
Monteynard, Montrenard Composé de Mont et d´un patronyme Eynard, de l´anthroponyme germanique Aginhard, de agin, « lame de l´épée », et hard, « dur ».
Monteynard, Mons Aynardus au XIème siècle, mandamentum et castrum Sancti Aynardi au XIVème siècle, commune de la Matheysine (La Mure, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Lac de Monteynard-Avignonet, lac artificiel sur le Drac (Treffort, Trièves, Isère) ;
Les Bois de Monteynard, forêt (Sinard, Trièves, Isère) ;
Château de Monteynard (Tencin, Grésivaudan, Isère) ;
Rocher de Monteynard, lieu-dit (Theys, Belledonne, Isère).

Par attraction paronymique avec le français Renard :
Montrenard, Monteynart au XIIIème siècle, hameau (Saint-Pierre-d´Allevard, Belledonne, Isère).


Montézillon Hameau de la commune de Rochefort, district de Boudry (Neuchâtel), Monteisillum en 1247, Montisilon en 1311, Montissilion en 1346, pourrait signifier « mont élevé », de Mont et du gaulois ouxellos, uxellos, « élevé », voir Ussel, ou aussi « mont des oiseaux », du bas latin aucellus, dérivé du diminutif latin avicellus formé à partir de avis, « oiseau ».
Montfalcon, Mont Falcon, Montfalconnet, Montfaucon Du latin Mons Falconis, de mons et du franco-provençal falcon, latin falco, falconis, « faucon » ou avec le patronyme Falcon, nom germanique emprunté au latin falco, falconis.
Montfalcon, Mons Falconis au XIème siècle, tenementum de Monte Falcone au XIIIème siècle, commune et village du Chambaran (Roybon, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Montfalcon, de Monte Falconis vers 1135, Montfarcon en 1225, Ecclesia de Montefalconis vers 1250, Monfalcon vers 1325, hameau et ancienne commune (Mézériat, Dombes, Ain) ;
Mont Falcon, Summitas Montis Falcon en 1220, Crista de Monte Falcon en 1275, Montfalcon en 1911, 803m, et Bois de Mont Falcon, forêt (Souclin, Bugey, Ain) ;
Mont Falcon, hameau (La Salle, vallée d´Aoste) ;
Montfaucon, de Monte Falconis en 1125, Montem Falconis en 1139, nom allemand Falkenberg, commune et village (District des Franches-Montagnes, Jura).

Avec le suffixe diminutif -et :
Montfalconnet, de Monte Falconeto en 1270, De Montefalconeto en 1286, Monfalconnet en 1567, diminutif, hameau (Polliat, Bresse, Ain).


Montfavergier Commune et village jurassiens du district des Franches-Montagnes, Mons fabrorum et in loco dicto Monfauuargier en 1338, « montagne des forgerons », qui doit son nom aux forges ou fourneaux où l´on fondait le minerai de fer au XIVème et XVème siècles.
Mont Favret Petit élévation (312m) de la commune de Saint-Nizier-le-Désert (Dombes, Ain), qui a donné son nom à village aujourd´hui disparu et à un très ancien monastère, Monasterium Montis Fabritii en 1158, Montfavreis en 1281, Montfavreys vers 1350 ; de Mont et du gentilice Fabritius dérivé du cognomen Fabritus, de faber, « forgeron ».
Montferrand De Mons et du patronyme Ferrand.
Montferrand, hameau (Cerniat, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montferrand, de Monte Ferrant en 1223, Monte Ferrando en 1288, Montferrant en 1344, De Montefarrando en 1385, hameau (Torcieu, Bugey, Ain).
Montferrat Nom composé de Mont et d´un franco-provençal ferra, « ferré, pourvu de fer », ou d´un dérivé du bas latin ferratus, latin fertus, « productif », ou d´un patronyme Ferrat, variante de Ferret.
Montferrat, commune et village de la Valdaine (Saint-Geoire-en-Valdaine, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Montferrat, hameau (Chuzelles, Pays viennois, Isère) ;
Le Montferrat, lieu-dit en forêt (Montmin, Bornes, Haute-Savoie).
Mont Ferron Chalets de Mont Ferron, hameau d´alpage de la commune de Magland (Faucigny, Haute-Savoie), avec un patronyme Ferron, nom de métier, ancien français ferron, « marchand de fer, forgeron, maréchal ».
Mont Fleuri, Montfleury Composé de Mont et Fleuri.
Mont Fleuri, lieu-dit (Territet, Montreux, district de Vevey, Vaud) ;
Montfleury, où le second terme pourrait aussi dériver d´un nom de domaine gallo-romain Floriacum, voir Fleurier, lieu-dit (Satigny, Genève).
Montfort Montfort, ancien château en ruine et village disparu de la commune de Treffort-Cuisiat (Revermont, Ain), De Monte Forti en 1492, Montfort en 1536, et Chapelle de Montfort, sur l´emplacement d´un ancien prieuré, Mons Fortis, prioratus vers 1250, Prior de Monteforti en 1587 ; nom composé du latin mons et de l´adjectif latin fortis, « fort, robuste, solide ».
Mont Franc Colline boisée (798m) de la commune de Bressaucourt (District de Porrentruy, Jura), Mont et franc, « libre, exempt d´imposition et de charges ».
Montfréboeuf Maison isolée sur une colline, commune de Grandfontaine, district de Porrentruy (Jura), de mons et d´un dérivé d´un anthroponyme germanique comme Fredebold, du germanique friþu, « amour, paix », ancien haut allemand fridu, « paix », et du germanique balda, « audacieux, fort » [Prongué].
Montfrioud Mont froid, voir Frioud
Bois de Montfrioud (Denezy, district de Moudon, Vaud).
Mont Gardy Sommet des commune de Saint-Gingolph et Vouvry (District de Monthey, Valais), 2201m avec un patronyme Gardy de même origine que Garde.
Montgelas, Mont Gelé, Montgellaz, Mont July Mont gelé, voir Gelaz.
Montgelas, alpage, Sous Montgelas, forêt, nom monté au Sommet de Montgelas, 1301m (Curienne, Bauges, Haute-Savoie) ;
Montgelas, De Monte Gela en 1247, Montgela en 1282, localité disparue (Chalamont, Dombes, Ain) ;
Montgelas, hameau (Viriville, Chambaran, Isère) ;
Mont Gelé, 3518m (Chanrion, Bagnes, district d´Entremont, Valais, et Val d´Ollomont, vallée d´Aoste), Glacier du Mont Gelé et Col du Mont Gelé, 3144m (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Mont Gelé, sommet, 3022m, autrefois Becca de la Grande Journée ou en patois Becca de la Gran Dzorniva, et Col du Mont Gelé, 2804m (Nendaz, district de Conthey, et Verbier, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Montgellaz, maisons isolées (Lathuile, Pays de Faverges, Haute-Savoie) ;
Montgellaz, maisons isolées (Aillon, Bauges, Haute-Savoie) ;
Montgellaz, maisons isolées, et Ruisseau de Montgellaz (Saint-Bon-Tarentaise, Tarentaise, Savoie).
Mont July, Mongely en 1437, Villagium de Mongelier en 1482, Montjully en 1563, Mont-Juli et Mons Julii en 1650, Mont Jully sur la Carte de Cassini, Le Mont Juli en 1808, hameau par lequel certains érudits du XVIème siècle ont prétendu que Jules César était passé pendant la campagne contre les Helvètes, et qu´ils ont rebaptisé Mons Julii.
Montgéron, Montgéron, Montgeroud De Mont et d´un anthroponyme germanique issu de Gerold, voir l´étymologie de ce nom sous Villargiroud.
Le Montgéron ou Le Mongeron, maison isolée (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Montgeroud, Montgéroux en 1906, ferme isolée (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg).
Montgevin Ferme isolée de la commune de Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse (Fribourg), Montjovin en 1369, diminutif de Mont-Joux. Cette ferme appartenait au prieuré de Semsales, dépendant de Mont-Joux [Aebischer].
Mont Gibert, Montgilbert Nom composés de Mont et d´un patronyme Gibert, Gilbert, voir Gibert.
Mont Gibert, lieu-dit (Penthéréaz, district d´Echallens, Vaud) ;
Montgilbert, Mons Gilberti au XIIème siècle, commune et village de Basse-Maurienne (Aiguebelle, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie).
Montgirod, Montgiroud Noms composés de Mont et d´un patronyme Girod, Giroud.
Montgirod, commune et village de la Tarentaise (Aime, arrondissement d´Albertville, Savoie) ;
Forêt Montgiroud, lieu-dit du Val Ferret (Orsières, district d´Entremont, Valais), du patronyme Giroud, famille de la région [Guex].
Montgoin Hameau de la commune de Garnerans (Dombes, Ain), villa Montis Gudini vers 930, Villa Monsguidinis en 937-962, In villa Monte Gudini vers 941, Montguin en 1665, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine composé de mons et de l´anthroponyme Gudinus.
Mont Gombert Le Mont Gombert, alpage de la commune d´Ugine (Val d´Arly, Savoie), de l´anthroponyme germanique Guntbert, « brillant au combat », du germanique gunþiô, « combat », et berhta, « brillant, célèbre ».
Mont Gosse Colline de la commune de Monnetier-Mornex (Genevois, Haute-Savoie), près du Petit Salève, ancienne propriété du Genevois Henri-Albert Gosse acquise en 1802.
Montgremay Maison isolée de la commune d´Asuel, district de Porrentruy (Jura), de mons, et d´un anthroponyme germanique Grimhardus [Prongué], de germanique grimma, « furieux, effroyable », racine indo-européenne ghrem-, et germanique hardu, « dur, fort ».
Montgrepont Hameau de la commune d´Aiton (Combe de Savoie, Savoie), Mons greponis en 1409, mons, et de Grépon, ou d´un anthroponyme d´origine germanique Greppon, Grippon.
Montherod Commune et village vaudois du district d´Aubonne, Montero au XIIIème siècle, Cura de Monterot vers 1344, Montherot en 1349, de mons, et d´un patronyme comme Turold.
Montheron Lieu-dit de la commune de Lausanne (Vaud), Montenum en 1142, Montenun et Montenon au XIIème siècle, Montanum et Montunum en 1142, Montheron en 1177, Montunum en 1184, Montiron en 1314, et abbatia Sancta Maria de Monte Rotundo par latinisation abusive en 1177, de mons, et d´un anthroponyme indéterminé, emplacement d´une ancienne abbaye, abbatia de Thela au XIIème siècle, et nommée d´après le cours d´eau Thela, ancien nom du Talent.
Montigny Hameau de la commune de Maxilly-sur-Léman (Chablais, Haute-Savoie), probablement in villa Mustiniaco en 890 et 892, Mustiniacum villam en 899, Muttignye en 1246, Mustine en 1267, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Mustiniacum, dérivé avec le suffixe -acum d´un gentilice comme Muttinius.
Montillat Lieu-dit de la commune de Replonges (Bresse, Ain), Montilliacus et Montillia en 1344, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Montilliacus, dérivé avec le suffixe -acu du gentilice Montillius.
Montimbert Hameau de la commune de Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse (Fribourg), de Mont et d´un anthroponyme germanique Imbert [Aebischer], du germanique im, « très grand », et berht, « brillant ».
Montivon Hameau de la commune de Saint-Gervais (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), nom composé de Mont, du suffixe hydronymique -ive et du suffixe diminutif -on [Boyer].
Montjean Combe Montjean, lieu-dit de la commune de Saulcy (District de Delémont, Jura), probablement un composé de Mont et du prénom ou patronyme Jean.
Montjoie Ancien français montjoie, « colline, hauteur ; tas de pierres ; monceau, tas, amas, quantité considérable ». Au Moyen Age, on appelait Montjoie, Mons Gaudii, des monceaux de pierres entassés par les pélerins en signe de victoire. Beaucoup d´auteurs, comme Boyer, y voient une allusion à Jupiter, latin Jovis, comme pour le Montjovet. Aucune forme ancienne ne permet cette hypothèse.
Montjoie, Mons Gaudii en 1288, ancienne châtellenie du Faucigny, qui comprenait toute la vallée du Bonnant et dont le chef-lieu était Saint-Gervais ;
Montjoie, petit sommet, 1875m, et Montjoie, alpage (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Val Montjoie, vallée qui doit peut-être son nom au sommet de Montjoie (Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Contamines-Montjoie, Les Contamines jusqu´en 1949, commune et village du Val Montjoie (Arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie) ;
Montjoie-le-Château, commune et village (Saint-Hippolyte, Doubs).
Montjoret Lieu-dit de la commune de Mézières (District de la Glâne, Fribourg), serait dérivé de Mont-Joux, ancien nom du Saint-Bernard.
Montjoux, Montjus Composé de Mont et Joux, etc., pour « mont, colline couverte de forêt ».
Montjoux, quartier (Thonon-les-Bains, Bas-Chablais, Haute-Savoie) ;
Montjoux, hameau (Gignod, vallée d´Aoste) ;
Montagne de Montjus, pâturage (Aiguilles Rouges, Chamonix, Haute-Savoie).
Mont-Joux Ancien nom du Grand Saint-Bernard, qui a donné son nom à l´abbaye Saint-Pierre du Mont-Joux, ou Mont-Jou, sise à Bourg-Saint-Pierre, monastère-hospice mentionné dès 812/820. Plusieurs fois ravagé, il perd de son importance après 1050 au profit du nouvel hospice du Grand-Saint-Bernard.
Montjovet, Mont Jovet, Montjuvi Composé de Mont et de Jovet.
Montjovet, forêt déclive (Baulmes, district d´Orbe, Vaud) ;
Mont Jovet, alpage (Saint-Nicolas-la-Chapelle, Val d´Arly, Savoie) ;
Montjuvi, anciennement Montjuvis, Montjovet, Mont Juyer et Mony Juet, lieu-dit (Rances, district d´Orbe, Vaud).
Montjovet Montjovet, commune et Bourg de Montjovet, village de la vallée d´Aoste, Mons Jovis, « Mont de Jupiter » à l´époque romaine, à qui un temple était dédié dans la région.
Montjuif Le Bas Montjuif, Le Haut Montjuif et Le Petit Montjuif, hameaux de la commune de Marboz (Bresse, Ain), Montjuer en 1304, Mont-Juifs en 1509, Mont-Juif sur la Carte de Cassini, nom dû soit à la présence de Juifs, ancien français juer, « juif », soit par remotivation d´un ancien Montjeur ou Montjure, avec les mots régionaux jeur, jure, « forêt de montagne », voir Jeur, Jure.
Montlardier Hameau de la commune du Châtelard (Bauges, Savoie), de monte Larderio en 1324, Mollardier au XIXème siècle, avec un anthroponyme Larderius.
Montléger Hameau de la commune de Mantenay-Montlin (Bresse, Ain), villa quae dicitur Mons Ledgardi en 933-937, De Monte Lijardo en 1416, Apud Montem li Jardum en 1442, Montligier en 1745, Montlézar en 1847, composé de mons et d´un anthroponyme germanique Leodegar, voir Saint-Légier.
Mont Lenson Hameau de la commune de Le Vaud, district de Nyon (Vaud), Mons latianus en 1164, Mons lacianus en 1202, Montelacinno en 1302, Moleyczans en 1493, Molanson et Molansson en 1596, aussi Montlaçon en 1906 et Molaçon, d´un primitif Mons Latio, dérivé du gentilice Lat[t]ius, attesté mais rare.
Mont Levant Colline de la commune de Misery-Courtion (District du Lac, Fribourg), située à l´est de Cormérod, du côté du levant.
Montlin Hameau de la commune de Mantenay-Montlin (Bresse, Ain), commune entre l´an III et 1807, Montlayn en 1416, Montluyn en 1442, Montlin en 1670, Montlain en 1734, peut-être d´un nom de personne Molanus.
Montluel Canton, commune et village de la Dombes (Arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), De Monte Loelli en 1173, De Monte Lupelli en 1200, Apud Montem Lupellum en 1230, Mont Luel en 1247, De Montelupello en 1378, Montluel en 1304, soit « montagne des petits loups », de lupellus, « louveteau », soit d´après un patronyme romain « Lupellus ». soit, plus vraisemblablement d´après la forme la plus ancienne Loelli d´un diminutif locellum de locus, « lieu » [Dauzat].
Montmagnoud Colline (649 m) de la commune de Pampigny (District de Cossonay, Vaud), Mont de Maginold, « celui qui règne avec la force », germanique magana, magina, « force », et valdan, « celui qui règne ».
Montmagny Commune et village vaudois du district d´Avenches, Mons Manniaco au XIIIème siècle, Montmagniel en 1458, de Mons Magniacus, nom de domaine d´origine gallo-romaine, dérivé avec le suffixe -acus du gentilice Magnius, du cognomen Magnus, « grand ».
Montmasson Hameau de la commune de Marcellaz-Albanais (Albanais, Haute-Savoie), nom composé de Mont et du patronyme Masson, probablement un hypocoristique de Thomas. C´est aussi un patronyme.
Montmeillan, Montmélian Composé de mons, et meillan, mélian, « centre sacré », voir Mélan.
Montmeillan, hameau (Peney-le-Jorat, district d´Oron, Vaud) ;
Montmélian, nom latin Mediolanus mons, Montis Meliani castellanus en 1208, Mons Mellianus en 1233, Monsmelianus en 1488, canton, commune et village de la Combe de Savoie (Arrondissement de Chambéry, Savoie).
Montmeley Hameau de la commune d´Echarlens, district de la Gruyère (Fribourg), probablement une déformation de Maumeley, composé du préfixe mau-, « mauvais », et Meley, « pommier sauvage ».
Montmelon Montmelon, commune, Montmelon Dessous et Montmelon Dessus, hameaux jurassiens du district de Porrentruy, nom latin mons Belo, d´une colline consacrée à Belenos, devenu Momelot ou Momolon en 1373, puis Montbelon, enfin Montmelon dans le langage populaire.
Montménil Commune et village bernois du district de Büren, nom allemand Meinhartsperg en 1263, Meynesberg en 1332, Meinisberg aujourd´hui, « mont de Meinhart », anthroponyme germanique composé de l´ancien haut allemand meina, « esprit », et hart, « dur, fort », avec Berg, « montagne ». Le nom français est une remotivation du nom allemand, avec attraction paronymique du vieux français mesnil, souvent utilisé pour « moulin », du latin mansionile, « maison rurale pourvue d´une portion de terre ».
Montmerle, Montmerle-sur-Saône, Montmerlet Composé du latin mons et merula, « merle ».
Montmerle-sur-Saône, castrum qui vocatur Mons Meruli en 1039, Mons Merlus vers 1080, De Montmerlo en 1195, Montemerulo en 1324, commune et village de la Dombes (Thoissey, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain) ;
Montmerle, Domus Sanctae Mariae Montismerulae au XIIème siècle, Montmerle en 1231, Prior Montis Meruli en 1252, hameau et ancienne chartreuse (Lescheroux, Bresse, Ain).

Diminutif avec le suffixe -et :
Montmerlet, hameau (Curienne, Bauges, Savoie).


Montmin Commune et village des Bornes, au pied de la Tournette (Faverges, arrondissement d´Annecy, Haute-Savoie), Momin en, Cura de Monmin vers 1344, anciennement Mont Mayri ou Mont Meyri, franco-provençal meyri, « alpage entouré de bois », voir Mehyre ;
Plan Montmin, hameau (Montmin, Bornes, Haute-Savoie) ;
Ruisseau de Montmin, affluent du lac d´Annecy.
Montminard Maison isolée de la commune de Charmey, district de la Gruyère (Fribourg), selon Aebischer un composé de Mont et d´un nom propre germanique Minard, Meinard, dérivé de Magen(h)ardus, préfixe magin-, « principal », et hardu, « dur, fort ».
Montmirail Montagne d´où l´on jouit d´une belle vue. De Mont et de l´ancien français mirail, « lieu d´où l´on a une belle vue », de mirer, « regarder », latin mirare, « admirer ».
Montmirail, domaine, nom donné vers 1718 par un gouverneur de la principauté originaire du Comtat-Venaissin, en souvenir de la ville de Montmirail, aujourd´hui dans le Vaucluse, et Petit-Montmirail, hameau (Thielle-Wavre, Neuchâtel).
Montmoirin, Montmorin Composés de Mont et d´un patronyme Moirin, Morin.
Montmoirin, hameau (Châtel-Saint-Denis, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Montmorin, colline boisée (Chêne-Pâquier, district d´Yverdon, Vaud).
Montmollard Forêt de la commune de Montendry (Val Gelon, Savoie), composé de Mont et de Mollard.
Montmollin Commune et village neuchâtelois (District du Val-de-Ruz), Montmollin en 1357, Montmolens en 1372, Monmollens en 1401, dont le nom signifie soit « Mont du moulin », soit « Mont Mollens », avec un nom d´origine burgonde Mollens.
Montmort Lieu-dit de la commune d´Ardon (District de Conthey, Valais), composé de Mont et soit Mort, soit Mort.
Mont Noble Sommet des communes de Mase et Nax (District d´Hérens, Valais), 2673m, plus rarement Mont Nuoble, serait selon Jaccard un montem nubilum, du latin nubilus, « nébuleux, nuageux, couvert de nuages » ;
Chalet Mont Noble, nom descendu, alpage (Nax, district d´Hérens, Valais).
Montofrey Hameau de la commune de Villars-le-Terroir, district d´Echallens (Vaud), peut-être « montagne froide », composé de Mont et d´un mot patois frey dérivé du latin frigidus, « froid ».
Montoir, Montuires, Montures Patois montoir, « montée, chemin montant » [Constantin], ancien français montoire, « montée, colline, montagne », adjectif ancien français montooir, « par où l´on monte ».
Le Grand Montoir et Le Petit Montoir, deux voies de montée (Parmelan, Bornes, Haute-Savoie) ;
Montuires, pâturage (Finhaut, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Les Montures, maisons isolées (Mont-Saxonnex, Faucigny, Haute-Savoie).
Montoiseau, Montoisey, Montoizel Composés de Mont, et soit oiseau, oisey, du bas latin aucellus, dérivé du diminutif latin avicellus formé à partir de avis, « oiseau », soit du gaulois ouxellos, uxellos, « élevé ».
Chemin de Montoiseau (Crans-près-Céligny, district de Nyon, Vaud) ;
Montoiseau, sommet, 1600m, et Montoisey, mont Oysel en 1176, sommet, 1657m (Crozet, Pays de Gex, Ain) ;
Montoizel, maisons isolées (Saint-Victor-de-Morestel, L´Isle-Crémieu, Isère).

Voir aussi Montossy.


Montolivet, Mont Olivet, Montoulevet, Montoulivert Composés de Mont et d´un patronyme Olivet, Oulevet diminutif de Olive.
Montolivet, maison isolée (Villeneuve, district d´Aigle, Vaud) ;
Montolivet, forêt (Prilly, district de Lausanne, Vaud) ;
Mont Olivet, lieu-dit (Orny, district de Cossonay, Vaud) ;
Montoulevet, forêt déclive (Lignerolle, district d´Orbe, Vaud) ;
Crépon de Montoulivert, sommet, 1914m (Le Petit-Bornand-les-Glières, Faucigny, Haute-Savoie).
Montorçon, Montorset, Mont Orson La « montagne des ours », composé de Mont et d´un dérivé du latin ursus, « ours », avec le suffixe diminutif -on, voir Orcier.
Montorçon, lieu-dit en clairière (Vacheresse, Abondance, Haute-Savoie) ;
Granges de Montorset, maisons isolées (Arith, Bauges, Savoie) ;
Mont Orson, lieu-dit (Saint-Gingolph, Chablais, Haute-Savoie).
Montorge Du bas latin montorium, « promontoire » [Aebischer].
Montorge, lieu-dit de la ville de Fribourg (District de la Sarine, Fribourg) où se trouve un monastère des Capucines fondé en 1628, nom allemand Bissemberg, peut-être « montagne dentée » ;
Montorge, sommet, 2881m (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).
Montos Hameau de la commune de Villieu-Loyes-Mollon (Dombes, Ain), Mansus de Monte Aureo et Mansus de Montor en 1285, Montouz en 1330, Montoz en 1841, Monthoz en 1847 ; les noms anciens Monte Aureo, « mont doré », et Montor sont probablement des remotivations d´un primitif issu du latin montosus, « montagneux, montueux ».
Montossy Maison isolée de la commune de Chésopelloz, district de la Sarine (Fribourg), composé de Mont et du gaulois ouxellos, uxellos, « élevé ».
Montougy Composé de Mont et d´un terme ougy dérivé de Ouge, déformation de Auge.
Montougy, maisons isolées (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud).
Montpalais Maison isolée de la commune d´Ocourt, district de Porrentruy (Jura), dont le nom signifie probablement « montagne pelée », c'est-à-dire déboisée et défrichée [Prongué].
Mont-Pèlerin Colline boisée de la commune de Chardonne (District de Vevey, Vaud), 1080m, de Mont et d´un patronyme Pèlerin, voir Pelerin.
Montpellaz, Mont Pellaz Noms composés de mont et de Pellaz, « pelée, dénudée », voir Pela.
Montpellaz, hameau (Manigod, Bornes-Aravis, Haute-Savoie) ;
Mont Pellaz, 1443 m (Entremont, Chartreuse, Isère).
Montperreux Mont pierreux, voir mont et Perreux.
Montperreux, hameau (Le Locle, Neuchâtel) ;
Montperreux, sommet, 1373m (Fontaines, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).
Montplaisir, Mont-Plaisir Composé de Mont et de Plaisir, ou remotivation de Monplaisir.
Montplaisir, maisons isolées (Francheleins, Dombes, Ain) ;
Mont-Plaisir, maisons isolées (Saint-Trivier-sur-Moignans, Dombes, Ain).
Montpreveyres, Mont Proveire Le « le mont du prêtre », voir mont et Prévières.
Montpreveyres, Monteproverio en 1154, Mons Presbiteri en 1167 et 1228, Montpreuero et cella Sancti Laurentii de Montprevere en 1177, Monteproverio en 1524, Montpreverroz en 1525, ancien emplacement d´un prieuré de chanoines, commune et village (District d´Oron, Vaud) ;
Bois de Mont Proveire, Mont Provaire en 1906, forêt déclive (Les Clées, district d´Orbe, Vaud).
Montpugin Quartier du Locle (Neuchâtel), probablement avec un patronyme Pugin, du patois fribourgois pudzin, « poussin », ou plus probablement ici du patois pugin, « petit puy », voir Pouget.
Montrachy Grand Montrachy et Petit Montrachy, hameaux de la commune de Saint-Nizier-le-Bouchoux (Bresse, Ain), Monrachier en 1439, Montrachier en 1536, composé de mons et du verbe ancien françai racher, rachier, « déraciner, arracher », voir Rachais.
Montracol Commune et village de la Bresse (Péronnas, arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain), Ecclesia de Monte Raculfo en 1119, Ecclesia Montis Racol en 1250, Montracol en 1272, de mons, et de l´anthroponyme germanique Raculf, cf. Raculf, comte de Mâcon au IXème siècle.
Montratier Montratier, colline, et Col de Montratier, 500m (Boyeux-Saint-Jerôme, Haut-Bugey, Ain), Montrattier en 1696, Moratier en 1911, nom composé de Mont et d´un patronyme Rattier, de l´anthroponyme germanique Rathari, ancien haut allemand rât, « conseil », et hari, « guerrier ».
Montray Montray, lieu-dit en forêt, et Tré Montray, alpage (Seytroux, vallée de la Dranse, Haute-Savoie), aussi Montagne de Tré Montray, forêt (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie), probablement composé de Mont et tray, « pâturage », voir Trey.
Montréal-la-Cluse Commune et village du Haut-Bugey (Arrondissement de Nantua, Ain), De Monteregali en 1280, Apud Montem Regalem en 1299, Montreal en 1412, « Mont royal », du latin mons et regalis, « royal ».
Montre Cul Lieu-dit de la commune de Frontenex (Combe de Savoie, Savoie), peut-être nommé ainsi en raison de la déclivité du lieu.
Montremont Hameau de la commune de Thônes (Bornes, Haute-Savoie), nom composé de Mont et d´un dérivé patois du patronyme Raymond, Reymond, voir Raimond.
Montrevel, Montrevel-en-Bresse Nom signifiant « mont aux fortifications résistantes, difficile à soumettre », composé de mons et de l´équivalent franco-provençal de l´oïl revel, rivel, « résistance, orgueil, rébellion » [Nègre 1990].
Montrevel, castri Montis Revelli au XIIIème siècle, commune et village (Virieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Montrevel, maison isolée (Illiat, Dombes, Ain) ;
Montrevel-en-Bresse, Montrivel en 1198, Castrum Montisrevelli en 1314, Mont-Revel en 1452, Montrevel sur la Carte de Cassini, canton, commune et village de la Bresse (Arrondissement de Bourg-en-Bresse, Ain).
Montribloud Château de la commune de Saint-André-de-Corcy (Dombes, Ain), Montriblout en 1299-1369, Castrum de Montriblod en 1368, Castrum de Montriblost en 1480, Burgum Montisriblodi en 1530, nom composé de Mont et d´un anthroponyme germanique Ribold, qui pourrait être une variante de Rimbald, voir Villarimboud.
Montrichard Nom composé de mons et de l´anthroponyme germanique Richard.
Montrichard, hameau (Pirajoux, Bresse, Ain) ;
Montrichard, Apud Montem Richardum en 1416, hameau (Vernoux, Bresse, Ain).
Montricher Commune et village vaudois du district de Cossonay, Mons Richarius en 1049, Monte Richerii en 1177, Monrichie en 1412, nom actuel attesté en 1301, du nom germanique Richarius, du germanique rîka, rîkia, « puissant, celui qui règne », et harja, « guerrier ».
Montrin Village, chef-lieu de la commune de Saint-Bénigne (Bresse, Ain), Monte Ruino en 1074-1096, Montruin en 1213, de Monte Ruini en 1230, De Monteruino en 1236, nom composé de mons et soit d´un anthroponyme germanique Ruino, soit d´un dérivé du latin ruina, « chute, écroulement, effondrement, désastre », cf. le languedocien ruino, « décombres, ruine ».
Montroc Hameau de la commune d´Argentière, composé de Mont et Roc.
Mont Rosard, Moronzart Noms composés de Mont et d´un dérivé du latin rosarium, « roselière, marécage planté de roseaux, sol humide où poussent des plantes marécageuses ».
Mont Rosard, Montrozard sur la Carte de Cassini, Moronzard en 1911, hameau, et Etang de Mont Rosard (Bouligneux, Dombes, Ain).

Probablement de même origine :
Moronzart, hameau (Birieux, Dombes, Ain).


Mont Rotier, Montrottier Noms composés de Mont et du patronyme Rotier, Rottier, issu de l´anthroponyme germanique Hrothari, germanique hrôþi, « gloire », et harja, « guerrier ».
Mont Rotier, hameau (Morgex, vallée d´Aoste) ;
Chateau de Montrottier, château de la commune de Lovagny (Annecy, Haute-Savoie).
Mont-Saint-Martin Commune et village de la Chartreuse (Saint-Egrève, arrondissement de Grenoble, Isère), ecclesia Sancti Martini de Monte au XIème siècle, voir mons, et Saint-Martin.
Montsalvens Commune et village fribourgeois du district de la Gruyère, Montsalvan en 1169, Montsalvain et Montsalvant en 1177, Montsarwayn en 1281, Montsarven en 1337, Montsalveyns en 1340, Montsarvens en 1350, Montservens en 1388, d´un latin montem silvanum, « montagne de la forêt ».
Montsandon Montsandon, hameau de la commune de Moudon, et Bois de Montsandon, commune de Chavannes-sur-Moudon (District de Moudon, Vaud), Mont de Sandon, patronyme.
Montsapey Commune et village de Basse-Maurienne (Aiguebelle, arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne, Savoie), nom composé de Mont et de Sapey.
Mont-Saxonnex Commune et village des Bornes (Arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie), Sersenay en 1225, Mons de Sersunay en 1298, Monte de Cercenay au XIVème siècle, Sersenaco en 1339, Cura montis de Sersonay vers 1344, Mont Sersonay en 1365, Mont de Sarsonay en 1495, Mont Sassonay ou Mont Sassonex en 1606, Mont Saxonnex en 1652, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine comme Cerseniacum, dérivé avec le suffixe -acum gentilice Cercenius.
Monts Chevreuils Sommet de la commune de Château-d´Oex (Pays-d´Enhaut, Vaud), 1749m, français chevreuil, du latin capreolus, capriolus.
Montsevelier Commune et village du district de Delémont (Jura), proedium apud Muzivilir en 1136, Curiam de Munhewilare et Mutzwillare en 1139, Muzivilare en 1146, Motzewilre en 1242, Mucewilre en 1259, Muzwilr en 1291, Mussevelier en 1317, Mutzvilre en 1320, Moncevelier en 1462, le nom actuel apparaissant au XVIIème siècle, nom allemand Mutzwil ou Mutzwiler, qui dériverait du nom d´un carolingien Musso ou Muzzo et du suffixe villare, domaine agricole. Le préfixe mont du nom français actuel est une remotivation.
Mont Simon Château de la commune de Vescours (Bresse, Ain), Mont-Symond en 1650, avec un nom de personne dérivé de l´anthroponyme germanique Sigismund, voir Saint-Sigismond.
Montsoflo Sur Montsoflo, hameau de la commune de La Roche (District de la Gruyère, Fribourg), « Mont du souffle », du patois sôflà, « souffler » [Jaccard].
Mont Soleil Eminence de la commune de Saint-Imier, district de Courtelary (Jura bernois), probablement pour son exposition favorable. Nom allemand Sonnenberg, même sens.
Monts Orientaux Les Monts Orientaux, hameau du Locle (Neuchâtel), mont situés à l´est, latin orientalis, « d´Orient », latin oriens, orientis, « soleil levant, pays du levant », participe présent de orior, « naître, commencer, surgir, se lever, paraître ».
Mont Souhait Lieu-dit de la commune de Prêles (District de la Neuveville, Jura bernois), peut-être par remotivation de Suet.
Mont Terri Nom d´un sommet de la chaîne du Lomont, et ferme isolée avec chapelle (District de Porrentruy, Jura), ancien oppidum gaulois, en patois Mont Tairi, qui pourrait signifier « mont dont les sources sont taries », ou qui dériverait selon Prongué d´un anthroponyme germanique Tarri, Terri. Le nom de Mont-Terrible donné à un département en 1793 est une interprétation fantaisiste.
Mont-Terrible Département créé en 1793 dont le nom est une interprétation fantaisiste de Mont Terri [Prongué].
Mont Tondu Mont Tondu, 3196m, au-dessus du Glacier de Tré la Tête, par métaphore, bien que ce sommet ne soit ni plus ni moins tondu qu´un autre, nom passé au Col du Mont Tondu, 2895m, et au Glacier du Mont Tondu(Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie).
Monturban Du nom latin mons Urbani, « montagne d´Urbain », du latin urbanus, « poli, de bon goût ».
Monturban, Mont-Urban en 1316, hameau (Ocourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Monturban, lieu-dit (Lens, district de Sierre, Valais).
Montvalezan Commune et village de la Haute-Tarentaise (Bourg-Saint-Maurice, arrondissement d´Albertville, Savoie), anciennement Montvalaisan-sur-Séez, voir Valezan.
Mont-Varnier, Montvernier Noms composés de mons et du patronyme Varnier, issu de Warnierus, voir Bovernier.
Mont-Varnier, mons varnerii en 1262, situé selon le [Régeste Genevois] « en Faucigny, dans la vallée de Boëge et au nord de ce bourg » ;
Montvernier, Mont Varnier en 1413, Apud Montem Vuarnerium en 1455, hameau de la commune de Corbonod (Seyssel, Bugey, Ain).
Montvauthier Hameau de la commune des Houches (Haut-Faucigny, Haute-Savoie), composé de mont et du patronyme Vauthier, voir Vautrins.
Montverand Château de Montverand, Château de la commune de Culoz (Bugey, Ain), Castrum Montisverani en 1433, Montveran en 1455, Montverant en 1493, nom composé de mons et du nom de personne Veranus.
Montvoie Hameau de la commune d´Ocourt (District de Porrentruy, Jura), ancienne commune, et ancien château en ruine. Le château, bâti au XIIème siècle, portait le nom de Montvouel ou Montvouhay en 1284, soit en latin mons advocati, résidence d´un avoué ou bailli de l´évêque de Bâle, voir l´étymologie de Courchavon. L´hypothèse selon laquelle Montvoie viendrait du latin mons viae, « mont de la voie », en raison de la proximité de la voie romaine qui reliait la vallée du Doubs à celle de la Halle, paraît superflue. Le nom allemand du château, Vogtsberg, « fort du bailli », confirme que Montvoie est issu de Montvouhay.
Moos Marais, lieu moussu, terrain marécageux, mot allemand signifiant « mousse, marais », germanique musa, « mousse », racine indo-européenne mus. Voir aussi Mousse.
Le Moos, hameau (Cressier, district du Lac, Fribourg).
Moqueuses Les Moqueuses, lieu-dit de la commune de Grandson (Vaud), soit par féminisation d´un sobriquet Moqueux, soit du mot régional moque.
Morache, Morâche, Morasses, Murassaz, Murasses Vieille masure, restes de pierre d´une maison ou d´une grange, [Bossard], avec les suffixes dépréciatifs -ache, -asse.
La Morache, Moraschi en 1306, lieu-dit (Lens, district de Sierre, Valais) ;
Rue de la Morâche (Ville de Nyon, Vaud) ;
Les Morasses, Moraschy en 1267, habitat dispersé, et Forêt des Morasses, pourrait aussi venir de l´italien moraccio, « noiraud » (Ayer, Val d´Anniviers, Valais).

Le mot murasse est un nom commun au Moyen Age en Valais :
Les Murasses, maisons isolées (Huémoz, Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Forme patoise :
Murassaz, alpage (Brusson, vallée d´Aoste).


Morachon Viendrait de l´ancien haut allemand muor, « marais », avec un suffixe augmentatif ou dépréciatif -ache, -asse, avec le suffixe diminutif -on.
Morachon, hameau (Ballaigues, district d´Orbe, Vaud).
Moraine, Morènes, Morennes Talus, pente au bord d´un cours d´eau, renflement à la lisière inférieure d´un champ en pente par suite de la descente de la terre, a pris le sens géographique de « débris rocheux au bas d´un glacier ». Mot régional moraine, « amas de blocs et autres débris accumulés par un glacier » [Pégorier]. Patois savoyard morenne, même sens, morena, « élévation de terre en bas d´un champ en pente », [Constantin] gaulois more, « tertre », pré-latin mourr.
La Moraine, lieu-dit, déposée par le glacier qui recouvrait la région lors de la glaciation de Wurm (Saint-Prex, district de Morges, Vaud) ;
Grande Moraine, moraine latérale du Glacier des Martinets (Vallon de Nant, Bex, district d´Aigle, Vaud) ;
Les Moraines, lieu-dit (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Morènes, lotissement (Thoiry, Pays de Gex, Ain) ;
Sentier des Morennes (Dingy-en-Vuache, Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie).
Moralle, Moranche, Moranches, Moraye, Morclan,
Morcles, Moreillon, Morenche, Morillon, Morzaizes,
Morzine, Morzinette La racine celtique mor-, « morceau rocheux détaché d´une montagne », est à l´origine du nom de nombreux villages construits sur d´anciens éboulements rocheux. Cette racine viendrait d´une hypothétique racine pré-indo-européenne (ligure) MOR/MOUR/MUR, « débris de roches, monceau de pierres, butte rocheuse ».

Diminutif avec le suffixe -alle :
La Moralle, lieu-dit (Saint-Prex, district de Morges, Vaud) ;
Planche Moralle, maisons isolées (Mézières, district de la Glâne, Fribourg).

Doubles diminutifs avec le suffixe -illon :
Moreillon, maisons isolées (Puidoux, district de Lavaux, Vaud) ;
Morillon, Murillon en 1302, lieu-dit (Petit-Saconnex, Genève) ;
Morillon, anciennement Morellon, commune et village de la vallée du Giffre (Samoëns, arrondissement de Bonneville, Haute-Savoie).

Dérivés avec les suffixes collectifs -ay, -aye :
La Moraye, hameau (Gletterens, district de la Broye, Fribourg).

Dérivés avec les suffixes -anche, -enche :
La Moranche, hameau (Magland, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Moranches, lieu-dit (Les Contamines-Montjoie, Val Montjoie, Haute-Savoie) ;
Morenche, lieu-dit (Chapelle-sur-Moudon, district de Moudon, Vaud).

D´une racine morz-, probablement dérivée du gaulois morg, « rocher » par mutation patoise du son [j] en [z] :

Avec le suffixe collectif -aize :
Les Morzaizes, pierrier (Vallée de Bérard, Aiguilles Rouges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe diminutif -ine :
Morzine, commune et village de la vallée de la Dranse (Le Biot, arrondissement de Thonon-les-Bains, Haute-Savoie).

Diminutif de Morzine avec le suffixe -ette :
Morzinette, alpage (Vallée des Ardoisières, Morzine, Chablais, Haute-Savoie).

D´une racine morcl- :
Morcles, terrulam Morcles en 1043, Morcle en 1504, Morclaz en 1801, village (Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud), nom monté à la Grande Dent de Morcles, sommet, 2969m (Bex, district d´Aigle, Vaud, Fully, district de Martigny et Collonges, district de Saint-Maurice, Valais), et à la Petite Dent de Morcles, sommet, 2929mm (Bex et Lavey-Morcles, district d´Aigle, Vaud, et Collonges, district de Saint-Maurice, Valais).

Avec le suffixe -an :
Morclan, pâturage (Collombey-Muraz, district de Monthey, Valais) ;
Le Morclan, pâturage (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie).


Morarda La Morarda, ferme isolée de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), par féminisation d´un patronyme Morard attesté dans la région.
Moras Commune et village de L´Isle-Crémieu (Crémieu, arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère), Moras au XIIIème siècle, du franco-provençal mouro, « mamelon de terrain », avec un suffixe augmentatif -as [Nègre 1990].
Morat-Savaraux Lieu-dit de la commune de Morat (District du Lac, Fribourg), où Savaraux peut être une variante du patronyme Savariaux attesté, ou un dérivé de l´ancien français savart, « terre non cultivée, friche ».
Morbey, Morbez, Morbié, Morbier Composé de mort et de dérivés de Bief, pour désigner un cours d´eau disparu ou asséché.
Morbey, forêt (Bonvillars, district de Grandson, Vaud) ;
Morbez, lieu-dit (Corban, district de Delémont, Jura) ;
Le Morbié, ruisseau temporaire affluent de l´Isère, nom monté au Mont Morbié, 1542m (Saint-Jean-de-la-Porte, Combe de Savoie, Savoie) ;
Morbier, commune et village, anciennement Mort-Bief (Morez, arrondissement de Saint-Claude, Jura).
Morcel, Morcelas, Morceles, Morces, Morcés,
Morcès Vieux français morcel, morsel, « pièce de terre, parcelle de terrain d´un seul tenant ».
Grand Morcel, lieu-dit (Vallorbe, district d´Orbe, Vaud) ;
Forêt du Morcel (Souboz, district de Moutier, Jura bernois) ;
Les Morceles des Seytorées, lieu-dit (Payerne, Vaud).

Avec le suffixe collectif patois -a, -é :
Sur les Morcelas, lieu-dit (Courchapoix, district de Delémont, Jura).

Formes patoises :
Les Morces, alpage (Breuil, Valtournenche, vallée d´Aoste) ;
Les Morcés, lieu-dit (Courtételle, district de Delémont, Jura) ;
Les Morcès, lieu-dit (Courfaivre, district de Delémont, Jura).


Morcy Hameau de la commune de Thonon-les-Bains (Bas-Chablais, Haute-Savoie), probablement d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Morciacum, dérivé avec le suffixe -acum du nom d´homme Morcius.
Moré, Morée Ancien français moree, « marécage », moyen bas allemand môr, germanique môra, « marais ».
Le Moré, lieu-dit (Courfaivre, district de Delémont, Jura) ;
Pré Moré, lieu-dit (La Sarraz, district de Cossonay, Vaud) ;
La Morée, maison isolée, et Petite Morée, lieu-dit (Glovelier, district de Delémont, Jura).
Mörel, Morge, Morges, Morgette, Morgex,
Morgins, Morguenet Noms issus de la racine celtique morg, par métathèse de mrog, issu de la racine indo-européenne mer[e]g-, « frontière, démarcation, limite », à l´origine du latin margo, marginis, « bord, bordure, borne frontière, rive », français marge, et du germanique mark, « frontière », ancien haut allemand marca, marcha, « district, marche », français marche, avec influences réciproques.
Morgex, commune et village de la vallée d´Aoste, Morgia dans les documents les plus anciens, puis Moriacium, Moriacium, Morgiasso, et Morges ; les noms romains Morgantia [Tite-Live], Morgentia [Silius Italicus], et Morgantium [Strabon], parfois attribués à cette localité, semblent se rapporter en fait à une ancienne ville de Sicile ;
Morgins, Morgens en 1156, Morgen vers 1720, village, et Lac de Morgins tous dans le Val de Morgins, où coule la Vièze de Morgins, lieu-dit (Troistorrents, district de Monthey, Valais), et Pas de Morgins, 1382m, col avec la France (Troistorrents, district de Monthey, Valais, et Châtel, Chablais, Haute-Savoie).

Vieux français morge, « rivière limitrophe » :
Morge, Morges sur la Carte Nationale, hameau (La Salle, vallée d´Aoste) ;
La Morge, Morgia aux XIIème et XIIIème siècle, cours d´eau affluent du Léman, qui traverse Saint-Gingolph, à la frontière entre la Haute-Savoie et le Valais, et les lieu dérivés L´Au de Morge, devenu L´Eau de Morge (carte Dufour) et Laudemorge (carte Siegfried), pâturage, Nant deMorge, ravin (Saint-Gingolph, district de Monthey, Valais) ;
La Morge, Morgia du Xème au XIIIème siècle, (Conthey et Sion, Valais) ;
Morges, première mention tempore quo Morgia constructa est en 1288 ou 1297, Morgyz en 1328, ancien nom allemand Morsee, ville, commune et district (Vaud), et La Morges, cours d´eau affluent du lac Léman qui traverse la ville de Morges (District de Morges, Vaud).

Diminutifs avec les suffixes -et, -ette :
La Morgette, hameau sur la Morges (Chigny, district de Morges, Vaud) ;
Le Morguenet, ruisseau affluent du Seyon (Engollon et Fontaines, district du Val-de-Ruz, Neuchâtel).

Forme alémanisée au XVème siècle [Guex] :
Mörel, commune et village (District de Rarogne, Valais).


Morenges, Morens Noms d´origine burgonde, dériveraient d´un primitif Môringos, d´un anthroponyme germanique Maur [Stadelmann], issu du latin Maurus, « Maure, Africain ».
Morenges, nom français de Mörigen et Morigen en 1196, Murigen en 1234, Morans en 1256, Moringe en 1264, Moirenges en 1278 (District de Nidau, Berne) ;
Morens, Morens en 1142 et 1319, Moreins en 1228, Mourin en 1497, Morrens en 1692, Morans en 1712, Morin en 1832, commune et village (District de la Broye, Fribourg).
Morestel, Morêtel-de-Mailles D´un nom de personne Maurestellus, Morestellus diminutif de Maurus, « Maure », pour une personne de peau sombre, cf. le latin morulus, « noir (de peau) ».
Morestel, Morestel au XIème siècle, Morestellum au XIIème siècle, canton, commune et village de L´Isle-Crémieu (Arrondissement de la Tour-du-Pin, Isère) ;
Morestel, lieu-dit (Neuville-sur-Ain, Bresse, Ain) ;
Morestel, lieu-dit (Veurey-Voroize, Pays grenoblois, Isère) ;
Morêtel-de-Mailles, Morestel au XIIIème siècle, ecclesia Morestelli au XIVème siècle, Morétal en 1921.
Morette, Morettes Probablement de l´adjectif oïl morette, « brun foncé », en parlant de l´eau.
Morette, commune et village du Sud du Grésivaudan (Saint-Méen-le-Grand, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
Pont de Morette, sur le Fier (Thônes, Bornes, Haute-Savoie) ;
Pont de Planche Morette, sur le Coisin (Villard-d´Héry, Combe de Savoie, Savoie) ;
Les Pontets Morettes, hameau (Flumet, Val d´Arly, Savoie).
Morez Canton, commune et village de l´arrondissement de Saint-Claude, Jura. Ce nom remonte à Etienne Moral qui y implanta en 1563 les premières industries utilisant l´énergie de la Bienne. Première mention au XVIème siècle sous le nom de Combe-Noire, puis Combe-à-Morel.
Morgne, Morgnieu, Mornay Noms de domaines d´origine gallo-romaine dérivés du gentilice Mornius.

Par féminisation :
Bois de la Morgne, Terra de Mornia en 1141, Silva que dicitur Mornia vers 1150, Costa de Mornia en 1250, forêt (Lompnas, Bugey, Ain).

D´un primitif [fundus] Morniacus dérivé avec le suffixe -acus :
Morgnieu, Morniacus en 1359, Morniou en 1385, Mornieu en 1650, Morgnieux en 1808, hameau (Ceyzérieu, Bugey, Ain) ;
Mornay, de Moornaco en 1164, Mornacus en 1176, Mornais en 1250, castrum de Mornay en 1246, Morniacus en 1515, commune jusqu´en 1973 et village (Nurieux-Volognat, Haut-Bugey, Ain).


Morgnes Les Morgnes, hameau de la commune de Bagnes (District d´Entremont, Valais), Monnioz et Morgnioz en 1684, Mornioz en 1725, dont le nom viendrait d´un patronyme Monnio correspondant au français Moine [Fellay].
Morille Forêt de la Morille, lieu-dit de la commune d´Orvin (District de Courtelary, Jura bernois), de morille, nom de divers champignons de la famille des morchellacées, nom emprunté au bas latin mauricula, dérivé de maurus, « maure », puis « brun foncé », en raison de sa couleur.
Maison isolée de la commune de Thierrens (District de Moudon, Vaud), paraît être une composé d´un patronyme Morin et de Avaux.
Morlatte La Morlatte, lieu-dit de la commune de Pleigne, district de Delémont (Jura), patois jurassien morlatte, « poutre, madrier », en particulier « poutre sous un plancher de plain-pied », de l´allemand Mauerlatte. [Prongué].
Mormontan Colline boisée de la commune de Yens (District de Morges, Vaud), Montmettan et Montmontant en 1263, Mormontant en 1906, probablement Mont avec un patronyme.
Mornens Mornens, hameau de la commune de Champvent, et Sur Mornens, lieu-dit de la commune d´Orges (District d´Yverdon, Vaud), nom d´origine burgonde attesté en 1011, pourrait dériver d´un primitif Moriningos, « chez les Moriningi », dérivé du nom propre Morino [Jaccard].
Mornex Nom de domaine d´origine gallo-romaine Modernacum, dérivé avec le suffixe -acum du cognomen Modernus, « moderne ».
Mornex, Modernacum in fine Runingorum en 920, Mornay en 1198, Mornai en 1238, ancien village situé près de Montbenon, sur l´actuelle commune de Lausanne ; une rue de Lausanne rappelle ce nom (Vaud) ;
Mornex, lieu-dit (Satigny, Genève) ;
Mornex, hameau (Saint-Jean-de-Gonville, Pays de Gex, Ain) ;
Mornex, Mornaco en 1137, Maorna en 1153, Mornay en 1398 (l´hypothèse selon laquelle ce toponyme viendrait de morne, « colline », n´est pas plausible, ce nom n´apparaissant en français qu´au XVIIème siècle), et Bas Mornex, hameaux (Monnetier-Mornex, Genevois, Haute-Savoie).
Morre, Mourre De l´occitan morre, francisé en ancien français mourre, « museau, nez, groin », racine pré-indo-européenne murr-, désigne par métaphore une colline en forme de nez, une éminence arrondie. Ce terme provençal a débordé en Maurienne.
La Morre du Chapeau Blanc, falaises rocheuses (Bessans, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Mourre du Gros Mollard, lieu-dit (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie) ;
Mourre de la Bourgeat, maison isolée (Termignon, Haute-Maurienne, Savoie).
Morrens Commune et village vaudois du district d´Echallens, nom actuel attesté en 1147, Morrans en 1272, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif Môderingos, « chez les Môderingi », dérivé du nom propre Moder [Perrenot].
Mort, Mourin Petit sommet, du gaulois more, « tertre », pré-latin mourr.
Mont Mort, sommet, 2867m, et Petit Mont Mort, sommet, 2820m, par redondance, probablement de même origine (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais, et Saint-Rhémy-en-Bosses, vallée d´Aoste) ;
Le Mourin, sommet, 2766m, nom descendu à la Chaux de Mourin, pâturage (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais).
Mort, Morta, Mortalle, Mortauve, Morte,
Morteau, Mortes, Morts Du français mort, du latin mortuus, même sens. Désigne parfois un endroit où l´on a découvert des sépultures anciennes.
Lac Mort, lac de montagne (Bionaz, vallée d´Aoste) ;
Plan de la Bonne Mort, pâturage où une bataille aurait opposé les Valdôtains et les Valaisans au XIème siècle, bataille qui aurait tourné à l´avantage des premiers, nom monté au Col de la Bonne Mort, 2640m, et à la Pointe de la Bonne Mort, 2702m (Ollomont, vallée d´Aoste) ;
Pra la Mort, maisons isolées (Lucens, district de Moudon, Vaud) ;
Sex Mort, sommet, 2935m, nom allemand Tothorn, sommet, 2935 (Mollens et Randogne, district de Sierre, Valais, et Berne) et Col du Sex Mort, 2850m, nom allemand Rezlipass (Randogne, district de Sierre, Valais, et Berne) ;
Aiguille du Mort, 2499m, Glacier du Mort, sans doute en souvenir d´un accident fatal (Aiguilles Rouges, vallée de Chamonix, Haute-Savoie) ;
La Morte, tenementum Mortua au XIIIème siècle, Mons de Morta au XIVème siècle, commune et village du Valbonnais (Valbonnais, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Morte, ferme isolée (Misery-Courtion, district du Lac, Fribourg) ;
La Femme Morte, lieu-dit (Château-Gaillard, Bugey, Ain) ;
Vieille Morte, lieu-dit (Les Clées, district d´Orbe, Vaud) ;
Ville Morte, lieu-dit (Larringes, Chablais, Haute-Savoie) ;
Bois des Mortes, avec Les Mortes de Montagnat et Les Mortes des Rippes, forêts (Montagnat, Bresse, Ain) ;
Chemin des Vieilles Mortes, lieu-dit (Le Locle, Neuchâtel) ;
Bois des Morts, forêt (Neyruz, district de la Sarine, Fribourg) ;
Champ des Morts, tombes burgondes (Chèvres, Bernex, Genève) ;
Combe des Morts, lieu-dit (Bourg-Saint-Pierre, district d´Entremont, Valais) ;
Couloir des Morts, ravin (Samoëns, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Croix des Morts, lieu-dit (Sembrancher, district d´Entremont, Valais) ;
Marais de la Pierre au Mort, anciennement Gouille au Mort, où un carrier trouva la mort, entraîné par une meule (Fillinges, Genevois, Haute-Savoie) ;
Plan des Morts, lieu-dit en forêt (Vercorin, Chalais, district de Sierre, Valais).

Diminutifs avec les suffixes -alle, -au :
La Mortalle, hameau (Autigny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Morteau, lieu-dit (Damphreux, district de Porrentruy, Jura) ;
Morteau, Mortua Aqua en 1107, commune et ville (Pontarlier, Doubs).

Avec un suffixe indéterminé :
Mortauve, lieu-dit (Bévilard, district de Moutier, Jura bernois).

Formes patoises :
La Morta, maisons isolées en clairière (Saint-Gingolph, Chablais, Haute-Savoie).


Mort Nom associé à un endroit particulièrement dangereux, et auquel on associe des légendes terrifiantes.
Echelle de la Mort, lieu-dit en forêt (Bressaucourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Echelles de la Mort, à l´origine poteaux de bois avec des échelons traversants, puis échelles de bois à deux montants, aujourd'hui en métal, qui relient le plateau au Doubs, qui coule ici dans une gorge profonde, et où une femme juive injustement accusée d´un larcin aurait trouvé la mort en essayant de rejoidre son fils, auteur du larcin ; ces échelles étaient surtout utilisées par des contrebandiers (Charquemont, Maîche, Jura) ;
Moulin de la Mort, ruines situées en face des Echelles de la Mort, où selon la légende les meuniers précipitaient les passants dans le Doubs après les avoir détroussés (Les Bois, district des Franches-Montagnes, Jura).
Mortaigue, Mortigue Hydronyme, l´« eau morte », latin mortuus, « mort », avec le suffixe -igue, cours d´eau au débit lent, au cours paisible.
Rue de Mortaigue (Yvonand, district d´Yverdon, Vaud) ;
La Mortigue, aussi La Mortaigue en 1906, affluent du Grenet (Forel, district de Lavaux, Vaud) ;
La Mortigue, La Morte-Aigue en 1867, affluent du Talent (District d´Echallens, Vaud).
Mortaray, Mortaret, Mortier Ces noms pourraient désigner un terrain marécageux, humide.

Français mortier, « auge de maçon » :
Mortier, lieu-dit (Givrins, district de Nyon, Vaud) ;
Le Mortier, lieu-dit (Pollieu, Bugey, Ain) ;
Terre de Mortier, Terra del Morter en 1261, ancien territoire dans la région de Satigny (Genève).

Bas latin mortaretum, « endroit où il ya des auges » :
Le Mortaray, Mortarey en 1356, Morterey en 1536, hameau (Saint-Alban, Haut-Bugey, Ain) ;
Le Mortaray, lieu-dit (Meximieux, Dombes, Ain) ;
Le Mortaret, maison isolée(Leyssard, Haut-Bugey, Ain).


Mortaterre, Morterre Probablement une morte terre, une bien mauvaise terre, une terre inculte.
Mortaterre, lieu-dit (Thierrens, district de Moudon, Vaud) ;
Morterre, lieu-dit (Prêles, district de la Neuveville, Jura bernois).
Mortavieille Lieu-dit de la commune de la Folliaz (District de la Glâne, Fribourg), composé de Morta et Vieille.
Mortay, Mortays, Morteys, Morthey Selon Kraege 1999, Morteys serait issu du latin mortarium, « auge de maçon », et désignerait ici une vallée en auge.
Mortay, lieu-dit (Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Mortays, pâturage (Mauvoisin, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
Les Morteys Dessous et Les Morteys Dessus, alpages, Riau des Morteys, cours d´eau, nom monté à la Selle des Morteys, col, 2129m (Charmey, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Morthey, hameau (Ovronnaz, Leytron, district de Martigny, Valais).
Morte 1. Cours d´eau qui coule lentement, dans un endroit plat. Vieux français mort, « qui ne coule point, stagnant ».
La Morte, cours d´eau canalisé (Les Verrières, district du Val-de-Travers, Neuchâtel) ;
La Morte, cours d´eau affluent du Rhône (Saint-Benoît, Bugey, Ain) ;
Morte aux Joncs, ruisseau temporaire affluent de l´Ain (Varambon, Bresse, Ain) ;
La Morte Fangée, cours d´eau affluent du Seymard (Saint-Maurice-de-Rémens, Bugey, Ain).

Voir aussi Eaumorte.

Terre de faible rapport, inculte :
Morte Terre, lieu-dit (Fregiécourt, district de Porrentruy, Jura).


Mortenaz, Mortine, Mortines, Murtines Mot régional qui désigne une sorte de schiste plus friable que l´ardoise [Constantin].
La Mortine, arête schisteuse, ancien nom du Buet (Le Buet, vallée du Trient, Haute-Savoie) ;
Les Mortines, hameau (La Giettaz, Val d´Arly, Savoie) ;
Les Murtines, hameau (Cordon, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Peut-être une forme patoise de même origine :
Mortenaz, maison isolée (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).


Morte Pierre La Morte Pierre, lieu-dit de la commune de Corcelles, district de Moutier (Jura bernois), nom populaire du grès poreux [Roche].
Morte Roche Morte Roche, lieu-dit de la commune d´Eschert, et Sous Morte Roche, lieu-dit de la commune de Grandval (District de Moutier, Jura bernois), probablement synonyme de Morte Pierre.
Mortivue La Mortivue ou La Mortive, cours d´eau affluent de la Broye qui traverse Semsales (District de la Veveyse, Fribourg), dont le nom signifie « l´eau morte », latin mortuus, « mort », avec le suffixe -ive, -ivue, bien que les crues de ce torrent soient redoutées.
Mortruz Le Mortruz, affluent du canal de la Thielle (Cressier, Neuchâtel), le « ruisseau mort », voir ru. Cette explication ne satisfait pas Jaccard, le cours de ce ruisseau étant trop rapide. Il y voit un ancien Martis rivellus, qui tirerait son nom d´un hypothétique temple dédié à Mars.
Morvau Gros Morvau, maison isolée, et Petits Morvau (sic), lieu-dit de la commune de Charmey (District de la Gruyère, Fribourg), Morval en 1134, Morvas en 1146, Morvaux en 1198, Morvaut en 1249, Morvauz en 1285, soit mort val, « vallée morte ».
Morvin, Morvins Pourraient être d´anciens [fundus] Morvinus, comme le Morvan, en Bourgogne, qui est un ancien Morvinus pagus.
Morvin, hameau, et Bois de Morvin, colline boisée (Pierrafortscha, district de la Sarine, Fribourg) ;
Les Morvins, lieu-dit (Le Châtelard, district de la Glâne, Fribourg).
Mosinges Village de la commune de Cran-Gevrier (Annecy, Haute-Savoie), anciennement Mouzinge, nom d´origine burgonde qui dériverait d´un primitif Mûsingum, « chez les Mûsingi », dérivé du nom propre Musa [Perrenot], ou du germanique meusa, musa, « marécage, lieu où pousse la mousse ».
Mossalana, Mossay, Mosse, Mosseires, Mossenière,
Mosses, Mossetta, Mossette, Mossettes, Mossières,
Mosson, Mouchy, Moussanet, Mousse, Mousses,
Mousset, Moussière, Moussières, Moussion, Moussu,
Mussillon Terre humide, en partie marécageuse, lieu moussu, ancien français mossu, « moussu », roman mosse, « terrain marécageux, moussu », germanique mosa, latin muscus, « mousse », mucere, « être moisi ». Mots régionaux suisses mosse, mossette, mossère, mosson, « terrain humides marécageux » [Pégorier].

Français mousse, « plante cryptogame herbacée, aux tiges menues, courtes et serrées, de couleur le plus souvent verte, qui vit sur les sols, les pierres, les troncs d´arbre, etc., où elle se multiplie pour former une couche épaisse » :
Mousse, aussi Mouce, alpage (Blonay, district de Vevey, Vaud) ;
Les Mousses, hameau (Cuarnens, district de Cossonay, Vaud).

Ancien français mosse, « mousse » :
La Mosse, maison isolée (La Verrerie, district de la Veveyse, Fribourg) ;
Contour de la Mosse, lieu-dit (Le Sépey, Les Ormonts-Dessous, Vaud) ;
Les Mosses, villagium de la Mossy en 1429, ancien nom allemand Aelenmöser, « marais d´Aigle », lieu-dit, Col des Mosses, 1445m, Communs des Mosses et Plaines Mosses, lieux-dits (Ormonts-Dessous, district d´Aigle, Vaud).

Diminutifs avec les suffixes -et, -etta, -ette :
La Mossetta, lieu-dit en forêt (Gruyères, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Mossette, maison isolée (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Les Mossettes, pâturage (Vallon de l´Hongrin, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud) ;
Pointe des Mossettes, sommet, 2277m (Les Crosets, Val-d´Illiez, district de Monthey, Valais) ;
Moussanet, hameau (Challand-Saint-Anselme, vallée d´Aoste) ;
Les Moussets, lieu-dit (L´Etivaz, Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Avec le suffixe diminutif -on :
Mosson, maisons isolées en clairière (Conthey, Valais) ;
Moussion, alpage (Verchaix, Faucigny, Haute-Savoie).

Double diminutif avec le suffixe -illon :
Mussillon, lieu-dit en forêt (Arâches-la-Frasse, Faucigny, Haute-Savoie).

Noms collectifs avec les suffixes -eire, -ière :
Les Mosseires, lieu-dit (Bulle, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Mossenière, lieu-dit (Miécourt, district de Porrentruy, Jura) ;
Les Mossières, lieu-dit (Bière, district d´Aubonne, Vaud) ;
La Moussière, hameau (Saint-Jean-d´Aulps, vallée de la Dranse, Haute-Savoie) ;
La Grande Moussière, in villagio de la Mosseri en 1275, Mosseria en 1443, Mossiere en 1749, hameau, et La Petite Moussière, maison isolée (Biziat, Dombes, Ain) ;
Les Moussières, ruines (Le Petit-Abergement, Valromey, Ain).

Avec le suffixe collectif -y :
Lac de Mouchy, dans une zône marécageuse (Savièse, district de Sion, Valais).

Avec le suffixe collectif -ay, mais ce pourrait être une altération de Mottay, nom attesté dans la région :
Le Mossay, lieu-dit en forêt (La Baume, vallée de la Dranse, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -ana, forme patoise de -aine :
Mossalana, lieu-dit (Hermenches, district de Moudon, Vaud).

Français moussu, « couvert de mousse » :
Plan Moussu, pâturage (Susanfe, Evionnaz, district de Saint-Maurice, Valais).

Voir aussi Emosson.


Mossard, Motses, Motta, Mousse Comme adjectifs, ces mots ont le sens d´émoussé, et qualifient un sommet arrondi.
Les Crêtes Motses, bosses arrondies (Fionnay, Bagnes, district d´Entremont, Valais) ;
L´Avouille Mousse, « l´aiguille émoussée », ancien nom du Mont Oreb (Aiguilles Rouges, Haute-Savoie).

Avec le suffixe -ard :
Sex Mossard, « rocher arrondi », antécime de la Douve, 1891m (Château-d´Oex, Pays-d´Enhaut, Vaud).

Peut-être un patronyme Mossard :
Fin de Mossard ou Fin du Mossard, maisons isolées (Courgevaux, district du Lac, Fribourg).

Formes patoises :
Becca Motta, « bec émoussé », sommet, 3042m, nom passé au Glacier de Becca Motta (Champagny-en-Vanoise, Vanoise, Savoie).


Mota, Motau, Motet, Moteyres, Mothe,
Motta, Mottâ, Mottau, Mottaz, Motte,
Mottec, Mottes, Mottès, Motteux, Mottex,
Mottey, Motti, Mouthe Motte, « tertre fortifié », devenu « lieu de campagne, terre labourée ».

Français motte, « butte, éminence isolée, naturelle ou artificielle » :
La Motte, nom allemand Löwenberg « montagne du lion », hameau (Morat, district du Lac, Fribourg) ;
La Motte, hameau (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Motte, nom patois La Miota, hameau (Ocourt, district de Porrentruy, Jura) ;
La Motte, alpage, et Mont la Motte, 1360m (Faverges, Haute-Savoie) ;
La Motte, Mota en 1488, plus récemment La Motte-de-Montfort, village et ancienne commune jusqu´en 1794 (La Motte-Servolex, Chambéry, Savoie) ;
La Motte-d´Aveillans, Parrochia Mote de Avellans au XVème siècle, commune de la Matheysine (La Mure, arrondissement de Grenoble, Isère) ;
La Motte-en-Bauges, Cura de Mota vers 1344, commune et village des Bauges (Le Châtelard, arrondissement de Chambéry, Savoie) ;
La Motte-Saint-Martin, capella de Mota au XIème siècle, Mota Sancti Martini au XIIIème siècle, Mota Sancti Martini de Mateysina et Mota in Matacena au XIVème siècle commune de la Matheysine (La Mure, arrondissement de Grenoble, Isère), et La Motte-les-Bains, castrum de Mota au XIIème siècle, château et établissement thermal dans la même commune ;
Tête Motte, avant-sommet du massif des Dents du Midi, 2626m (Mex, district de Saint-Maurice, Valais) ;
Champ des Mottes, lieu-dit (Thyez, Faucigny, Haute-Savoie) ;
Les Mottes, hameau (Montfaucon, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Pré des Mottes, maison isolée (Bas-Vully, district du Lac, Fribourg).

Mot régional mottet, « colline arrondie » [Pégorier], avec le suffixe diminutif -et :
Le Motet, sommet 2296m (Passy, Haut-Faucigny, Haute-Savoie).

Vieux français mothe, « motte » :
La Mothe, La Mottaz en 1228, hameau avec ruines d´un château sur une motte naturelle (Vugelles-la-Mothe, district d´Yverdon, Vaud) ;
Mouthe, successivement Muthua, Mutua et Mote en 1536 (Département du Doubs).

Mot régional motta, « tertre peu élevé » [Pégorier]. Patois motta, « motte, tertre, colline » :
Mota Rota, anciennement Motta Rotta, latin rupta, « rompue », rochers au milieu du glacier de Ferpècle (Evolène, district d´Hérens, Valais) ;
Motau, maison isolée (Villarvolard, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Le Gros Motau, colline (Morlon, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Motta Blantse (Val d´Anniviers, Valais) ;
La Motta, lieu-dit (Autavaux, Vernay, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Mottâ, maison isolée (Montricher, district de Cossonay, Vaud) ;
Pra Mottau, hameau (Le Châtelard, district de la Glâne, Fribourg) ;
La Mottaz et Le Mont de la Mottaz, hameaux (Megève, Haut-Faucigny, Haute-Savoie) ;
Bois de la Mottaz, forêt (Hautecour, Tarentaise, Savoie) ;
Rochers de la Mottaz, falaise, et Tré les Mottaz, lieu-dit (Bellevaux, Chablais, Haute-Savoie).

Avec le suffixe collectif -eyre :
Les Moteyres, lieu-dit (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg).

Dérivés de motte avec les suffixes collectifs -ex, -ey :
Derrey Mottex ou Derrey Motté, maison isolée (Corminboeuf, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Mottey, maison isolée (Carrouge, district d´Oron, Vaud).

Avec le suffixe -eux :
Motteux, maison isolée (Lucinges, Annemasse, Haute-Savoie).

Avec les suffixes collectifs patois -è, -i :
Les Mottès, maison isolée (Vuisternens-devant-Romont, district de la Glâne, Fribourg) ;
Motti, lieu-dit (Bonvillars, district de Grandson, Vaud).

Avec le suffixe collectif patois valaisan -ec :
Mottec, diminutif, village (Ayer, Val d´Anniviers, Valais).


Motelon, Motélon Du patois mothèla, « fouine » (Martes foina), latin mustela (mustella), « belette, fouine » [Aebischer], ou diminutif avec le suffixe -on de l´ancien français motel, motele, « petite motte, colline ».
Motelon, alpage (Conthey, Valais) ;
Le Motélon, cours d´eau affluent de l´Arbogne, rivo dou Mostellon en 1406 ; (District de Payerne, Vaud, et district de la Broye, Fribourg) ;
Le Motélon, lieu-dit sur le Motélon (Montagny-les-Monts, district de la Broye, Fribourg) ;
Le Motélon, cours d´eau affluent de la Jogne au lac de Montsalvens, et Vallée du Motélon (Charmey et Estavannens, district de la Gruyère, Fribourg) ;
Motélon d´Amont et Motélon d´Avau, alpages (Montbovon, Haut-Intyamon, district de la Gruyère, Fribourg).
Motiefroid Forêt de Motiefroid, sur une colline de la commune de Courtemaîche, district de Porrentruy (Jura), de mons, et d´un dérivé de l´anthroponyme germanique Theofrid, « paix de Dieu » [Prongué], hybride du grec theos, « dieu », et ancien haut allemand fridu, « paix », germanique friþu, « amour, paix ».
Moton, Motone Du patois moton, « mouton », du gaulois molton, « bélier ».
Moton, forêt déclive, Sur Moton, lieu-dit et maison isolée, pourrait aussi dériver de mons [Prongué] (Vicques, district de Delémont, Jura) ;
Etang de Motone, Motonaz en 1906, lieu-dit (Savièse, district de Sion, Valais).
Motte La Motte, sommet de la commune d´Ayent (District d´Hérens, Valais ), 2757m, probablement par métaphore.
Mottet, Mottets, Mottettes Patronyme Mottet, dérivé de Motte.
Pra Mottet, hameau (Morat, district du Lac, Fribourg) ;
Les Mottets, lieu-dit (Vallée des Glaciers, Les Chapieux, Savoie).

Par féminisation :
Les Mottettes, hameau (Penthéréaz, district d´Echallens, Vaud).


Mottu Le Mottu, maison isolée de la commune de Châtel-Saint-Denis (District de la Veveyse, Fribourg), patronyme Mottu, sobriquet franco-provençal mottu, « taciturne, fermé, qui ne dit mot », latin mutus, « muet ».
Motz Commune et village de Chautagne (Ruffieux, arrondissement de Chambéry, Savoie), Cura de Moz vers 1344, anciens noms Mos, Mous et Moux.
Mouche, Mouches Nom qui désigne de nombreuses sortes d´insectes diptères, en général avec des ailes transparentes.
Trou de la Mouche, tunnel naturel sou la Roche Perfia (Chaîne des Aravis, Haute-Savoie) ;
Crêt des Mouches, sommet, 2033m (Massif de la Tournette, Bornes, Haute-Savoie).
Moudon, Moudonna Village, commune et district vaudoise de la vallée de la Broye, Minnidunum et Minnodunum à l´époque romaine, vicus Minnodunensis au IIème siècle, Minodunum sur la Table de Peutinger, Castrum Milduni en 1156, Meldon en 1160, Moldone en 1162, Moudon en 1161 et 1238, Meldunum et Mildunum en 1167, Meldun en 1177, Melduns et Meuduns en 1228, Meudons en 1231, Modun et Moldun au XIIème siècle, Meudon en 1249, Meldunum dans les chartes, du gaulois Minnodunos, « colline sacrée de Minnos », de dunon et du théonyme Minnos. Ancien nom allemand Milden.
Moudon, maisons isolées (Villeret, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Moudon, maisons isolées (Les Gets, Faucigny, Haute-Savoie) ;
La Moudonna, hameau (Nendaz, district de Conthey, Valais).
Mouet Mot régional mouet, « petit tas ».
Le Mouet, petit sommet à la frontière française, 1937m (Vionnaz, district de Monthey, Valais), et Chalets du Mouet, alpage (Châtel, Val d´Abondance, Haute-Savoie).

Voir aussi Mulets.


Mouettes Les Mouettes, lieu-dit de la commune d´Ugine (Val d´Arly, Savoie), du patronyme attesté Mouette, plutôt que de l´oiseau.
Mouillard Vacherie Mouillard, lieu-dit de la commune de Courgenay (District de Porrentruy, Jura), avec le patronyme Mouillard de même origine que Mouille.
Moulanais Aux Moulanais, lieu-dit de la commune de Vandoeuvres, et Le Moulanais, ruisseau affluent de la Seymaz partiellement couvert (Chêne-Bougeries et Vandoeuvres, Genève), peut-être à rapprocher de Moulin, ou de Mouille.
Moule Le Moule, lieu-dit en forêt de la commune de la Chaux-de-Fonds (Neuchâtel), peut-être à rapprocher de Mouille, mais le masculin évoque plutôt le mot régional moule, mesure de capacité pour le bois.
Moulin-Affamaz Moulin-Affamaz ou Moulin-Afama, maison isolée de la commune fribourgeoise de Massonnens, district de la Glâne, patois affamâ, « affamé », sans doute un moulin qui ne nourrissait pas son meunier.
Moulin-de-Saint-Jean Ancien moulin de la commune de Saint-Jean-de-Gonville (Pays de Gex, Ain), Molendinum Sancti Johannis en 1332.
Mourfrey Ferme isolée de la commune du Mouret, district de la Sarine (Fribourg), « colline froide », composé de Mour et Frey.
Mourti, Mourty Patois valaisan mourti, « mortier », c´est-à-dire ici « éboulis, sables et graviers » [Guex], rocher ayant l´apparence du mortier.
Mourti, alpage, Torrent de Mourti, affluent de la Borgne de Ferpècle, nom monté aux Pointes de Mourti, 3529m et 3564m, au Col de Mourti, 3259m, et au Glacier de Mourti (Evolène, district d´Hérens, et Val de Moiry, Grimentz, district de Sierre, Valais) ;
Rochers de Mourti, chaînon, 3277m, Col de Mourti, 2908m et Glacier de Mourti (Hérémence, district d´Hérens, Valais) ;
Le Mourty, lieu-dit en forêt (Saint-Martin, district d´Hérens, Valais).
Mousquines Les Mousquines, quartier de Lausanne (Vaud), par féminisation d´un patronyme Musiquin, famille qui avait des terres en ce lieu [Bossard].
Moussillon Combe du Moussillon, hameau de la commune du Chenit (Vallée de Joux, Vaud), d´un mot régional moussillon qui signifie à la fois « moucheron » et « mousseron ».
Moussoux Les Moussoux, faubourg de Chamonix (Vallée de Chamonix, Haute-Savoie), du patronyme Moussoux.
Moutelette La Moutelette, lotissement de la commune de Veigy-Foncenex (Bas-Chablais, Haute-Savoie), soit de l´ancien français moustelette, « petite belette », avec le suffixe diminutif -ette, du latin mustela, « belette », soit par féminisation d´un patronyme Moutelet, rare et probablement de même origine.
Moutonnerie, Moutonnière Endroit où l´on élève, où l´on fait paître des moutons. Le mot « mouton » est issu du gaulois molton, « bélier ».

Avec le suffixe d´action -erie :
La Moutonnerie, lieu-dit (Estavayer-le-Lac, district de la Broye, Fribourg) ;
Moutonnerie, ferme isolée (Saint-Triphon, Ollon, district d´Aigle, Vaud).

Avec le suffixe d´action -ière :
La Moutonnière, lieu-dit en forêt aux Voirons (Boëge, Vallée Verte, Haute-Savoie) ;
La Grande Moutonnière, sommet, 2415m (Arvillard, Val Gelon, Savoie) ;
Domaine de la Moutonnière, château (Villette-sur-Ain, Dombes, Ain) ;
Les Moutonnières, lieu-dit (Laiz, Bresse, Ain).


Movelier Commune et village du canton du Jura, district de Delémont, nom allemand actuel Moderswiler, anciennement Moderswilre ou Moderswyler en 1188, de l´anthroponyme germanique Modhari, du germanique môda, « humeur », et harja, « guerrier », avec le suffixe -velier [Besse] ;
Combe de Movelier, lieu-dit (Movelier, district de Delémont, Jura).
Moyon Clos Moyon, maison isolée de la commune de Semsales (District de la Veveyse, Fribourg), avec un patronyme Moyon.
Mucelle, Mussel Probablement un ancien domaine gallo-romain nommé d´après un romain Mucellus, surnom, du latin archaïque mucellus, « un peu maigre ».

D´un primitif [villa] Mucella :
Mucelle, hameau (Challex, Pays de Gex, Ain).

D´un primitif [fundus] Mucellus :
Mussel, De Mucellis et Mucez au XIVème siècle, hameau (Bellegarde-sur-Valserine, Michaille, Ain).


Muellera, Mullera Par féminisation d´un patronyme Muller, Müller attesté dans la région.
La Muellera ou La Mullera, ferme isolée (Pont-la-Ville, district de la Gruyère, Fribourg) ;
La Mullera, hameau (Courtepin, district du Lac, Fribourg).
Muetta La Muetta, maison isolée de la commune de Vaulruz (District de la Gruyère, Fribourg), probablement par féminisation d´un sobriquet Muet.
Muguet Français muguet, plante des sous-bois (Convallaria majalis) de la famille des liliacées.
Le Muguet, lieu-dit en forêt (Sonvilier, district de Courtelary, Jura bernois) ;
Chemin de la Pierre à Muguet, d´un lieu-dit nommé Murguet en 1696, nom patois du muguet, ou peut-être est-ce une remotivation de Murger, « tas de pierres » ou « mur en pierres sèches » (Monthey, Valais).
Muids Le Muids, hameau de la commune d´Arzier (District de Nyon, Vaud), villa Muciatis entre 962 et 993, grangia que dicitur au Muis en 1250, Grangie dou Mois en 1266, de Muciatis dérivé du gentilice Mucius avec le suffixe d´appartenance -atis. La forme actuelle Muids est une remotivation.
Mulimatta La Mulimatta, maisons isolées en clairière de la commune du Mouret (District de la Sarine, Fribourg), composé de l´alémanique Muli, « moulin », et Matta, « prairie ».
Murande La Murande, maison isolée de la commune de Trélex (District de Nyon, Vaud), par féminisation d´un patronyme Murand attesté.
Murat, Muratte Ancien français murat, « muraille », ou patronyme Murat [Notice sur la Vallée du Lac de Joux, Lucien Reymond, 1864].
Murat, lieu-dit (Goumoëns-la-Ville, district d´Echallens, Vaud).

Par féminisation :
La Muratte, lieu-dit (Les Charbonnières, district de la Vallée, Vaud).


Mur de la Côte Endroits particulièrements raides, l´un sur la voie du Combin de Grafeneire, l´autre sur la voie du Mont Blanc depuis le Mont Maudit. Nom récents, par métaphore.
Murianette Commune et village du Pays grenoblois (Domène, arrondissement de Grenoble, Isère), Moriana villa au Xème siècle, ecclesia Maurianeta au XIème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine avec le nom d´homme romain Maurianus, avec un suffixe épithétique.
Muriaude, Muriaux La Muriaude, probablement par féminisation du nom de la commune de Muriaux, lieu-dit (La Chaux-des-Breuleux, district des Franches-Montagnes, Jura) ;
Muriaux, commune et village jurassiens du district des Franches-Montagne, Murival, en 1301, Mireval en 1315, puis Mervaux, Murval, nom dérivé de l´ancien français mirer, « regarder, se refléter », et vaux, « val ». Le nom allemand Spiegelberg, « montagne du miroir » est presque de même sens.
Murist Commune et village fribourgeois du district de la Broye, Muris en 1229, selon Aebischer ce serait un dérivé de l´anthroponyme latin Mauricius. La commune de Murist a absorbé les anciennes commune de Franex, Montborget et La Vounaise.
Roche Murist, lieu-dit en forêt (Châtillon, district de la Broye, Fribourg).
Musardes Les Musardes, hameau de la commune de Saint-Didier-de-Formans (Dombes, Ain), par féminisation d´un patronyme Musard, ou si le nom primitif est bien Les Nuzardes comme mentionné par Philipon, par féminisation d´un patronyme Nuzard.
Musièges Commune et village du Val des Usses (Frangy, arrondissement de Saint-Julien-en-Genevois, Haute-Savoie), anciennement Musiacum, Mugzium, voire Mons Jesu, puis Cura de Musegio vers 1344, Musiège au XIXème siècle, d´un nom de domaine d´origine gallo-romaine Musiacum, dérivé avec le suffixe -acum du gentilice Musius.
Musin, Muzin Probablement un ancien domaine gallo-romain [fundus] Mutianus ou plus probablement [fundus] Musinus.
Musin, In Mutiano en 861, Villa de Musino au XIVème siècle, Muzin en 1911, hameau (Magnieu, Bugey, Ain) ;
Muzin, De Muysino au XIIIème siècle, hameau (Champagne-en-Valromey, Valromey, Ain).
Musinens Quartier de Bellegarde-sur-Valserine, ancien nom de la ville, ancienne commune, et château (Bellegarde-sur-Valserine, Michaille, Ain), Cura de Musenens vers 1344, Musinens en Michaille attesté en 1602, Musinant au XVIIIème siècle, nom d´origine burgonde [Perrenot].
Mussillens Mussillens, hameau (Font, district de la Broye, Fribourg), et lieu-dit en forêt, Sous Mussillens, maisons isolées (Lully, district de la Broye, Fribourg), nom d´origine burgonde.
Muzot Hameau de la commune de Veyras (District de Sierre, Valais), Mezioth et Meiot en 1226, Mujot en 1238, Myojot en 1260, Moujot en 1293, Mojot en 1454, Musot et Musotte en 1906, nom d´origine inconnue.
Mystère Ce nom viendrait d´une croix sur laquelle sont représentés les trois mystères chrétiens (la Trinité, l´Incarnation et la Rédemption) [Aebischer].
Le Mystère, maisons isolées (Farvagny, district de la Sarine, Fribourg) ;
Le Mystère, hameau (Vuisternens-en-Ogoz, district de la Sarine, Fribourg).

© 2000-2009. Reproduction partielle autorisée avec l´accord de l´auteur et mention de la source. Les textes sur support électronique sont soumis aux mêmes règles que les textes imprimés.



Related news


Harris et lewis vetement fashion
Sarah fashion 60's clothing
Miss sa finalists 1980's fashion
Enrica della martira moda fabrics
Hotels by fashion island newport beach
Tips fashion icon app
Grandi marchi italiani moda